L'euro à son plus haut depuis neuf mois

Dopé par un regain d'optimisme sur la zone euro, l'euro grimpait face au dollar vendredi et s'installait à des niveaux au-dessus du seuil psychologique de 1,33 dollar.

L'euro à son plus haut depuis neuf mois
©AFP Internet
AFP

Dopé par un regain d'optimisme sur la zone euro, l'euro grimpait face au dollar vendredi et s'installait à des niveaux plus vus depuis neuf mois, au-dessus du seuil psychologique de 1,33 dollar.

Vers 19H00 GMT (20H00 à Paris), l'euro valait 1,3344 dollar contre 1,3261 dollar jeudi vers 22H00 GMT. La monnaie unique européenne est montée vendredi vers 14H30 GMT à 1,3366 dollar, son plus haut niveau depuis le 3 avril. La devise européenne montait également face à la monnaie nippone, à 118,97 yens - après être montée vers 14H50 GMT à 119,35 yens, son plus haut niveau depuis début mai 2011 - contre 117,53 yens la veille.

Le dollar aussi grimpait face à la monnaie japonaise, à 89,12 yens - après être monté vers 14H50 GMT à 89,45 yens, un sommet depuis fin juin 2010 - contre 88,64 yens mardi soir.

L'euro franchissait nettement le seuil de 1,33 dollar qui, bien qu'effleuré brièvement le 19 décembre, n'avait pas été durablement dépassé depuis avril dernier.

"Portée par une BCE (Banque centrale européenne) rassurante et une recommandation d'achat de la banque Goldman Sachs qui vise désormais le seuil de 1,37 dollar, l'euro a dépassé brutalement son seuil de résistance à 1,33 dollar", ouvrant la voie à une nouvelle tendance haussière "en direction des 1,35", a résumé Nicolas Chéron, de FXCM.

"Jusqu'à jeudi, environ la moitié des analystes s'attendait à une baisse du taux directeur (de la BCE) dans les mois à venir, mais cette attente semble avoir été mise à l'épreuve" par les propos de M. Draghi, ont commenté les analystes de Commerzbank.

En effet, pendant la conférence de presse suivant l'annonce jeudi d'un nouveau maintien du taux directeur de la BCE à 0,75%, son plus bas niveau historique auquel il est fixé depuis juillet, "M. Draghi a indiqué que la crise de la dette s'atténuait et que les indicateurs économiques se stabilisaient", ont relevé les experts.

Déjà en légère hausse après le succès d'émissions obligataires en Espagne et en Italie, la monnaie a accru son rebond lorsque M. Draghi a déclaré que, contrairement à décembre où certains membres du conseil des gouverneurs de la BCE avaient argué en faveur d'une baisse, le statu quo avait été voté en janvier à l'unanimité.

L'euro était également aidé par le fait que les cambistes fuyaient le billet vert, dans un regain d'inquiétude sur la vigueur de la reprise de la première économie mondiale après l'annonce vendredi d'un bond en novembre du déficit commercial des États-Unis.

De son côté, le yen baissait nettement après le lancement vendredi par le Premier ministre conservateur japonais Shinzo Abe d'un plan de soutien économique massif visant à sortir le Japon de l'ornière.

M. Abe, qui a fait son retour en décembre au poste de Premier ministre après des élections générales anticipées, cherche notamment à mettre fin à la cherté de la devise nippone qui pénalise les exportateurs japonais dont l'activité est le moteur de la croissance économique du pays.

Vers 19H00 GMT, la livre britannique baissait face à l'euro, à 82,73 pence pour un euro - après être tombée à 82,87 pence, son plus bas niveau depuis neuf mois - et perdait un peu de terrain face au billet vert, à 1,6131 dollar.

La devise helvétique reculait face à l'euro, à 1,2180 franc suisse pour un euro. La monnaie suisse baissait aussi face au billet vert, à 0,9125 franc pour un dollar.

La devise chinoise a fini à 6,2158 yuans pour un dollar contre 6,2245 yuans la veille.

Sur le même sujet