Prix de l’énergie : les gagnants sont...

Les prix du gaz et de l’électricité baisseront-ils vraiment en 2013 ? Electrabel et Luminus l'attestent. Test-Achats sort une première analyse et détermine les vrais "gagnants" des nouvelles données tarifaires.

AvC
Prix de l’énergie : les gagnants sont...
©Alexis Haulot

Est-on arrivé à l’heure de vérité pour la baisse des prix du gaz et de l’électricité annoncée en décembre par les principaux fournisseurs, dont Electrabel et Luminus ? Alors que des informations en tout sens circulent sur la question, Test-Achats a fait une "première analyse". Tout en estimant qu’il est "trop tôt pour tirer des constats définitifs, certains paramètres n’étant pas encore publiés sur les cartes tarifaires des fournisseurs".

Gain de 220 à 240 euros par an

Contrairement, à ce que certains journaux écrivaient hier, l’association de consommateur arrive à la conclusion que les tarifs d’électricité sont en baisse chez Electrabel. Et parfois même "significativement en baisse", comme a tenu à le souligner le fournisseur dans un communiqué publié vendredi.

Pour Luminus, les prix baissent aussi sauf pour certains produits. "Les index d’EDF Luminus confirment la diminution annuelle annoncée de 150 € pour une famille avec une consommation moyenne (c’est-à-dire 5000 kWh d’électricité et 21 000 kWh en gaz) par rapport au gel des prix de l’énergie", nous a affirmé hier la porte-parole d’EDF Luminus.

Plusieurs tarifs fixes diminuent chez les outsiders (Essent, Octa +; Lampiris, etc.).

Pour le gaz, les tarifs sont en baisse chez Electrabel et Luminus (avec néanmoins là aussi des exceptions). Les prix indexés sur le gaz naturel ont en revanche globalement augmenté de 10 % de chez Eneco, Essent, Lampiris et Octa +, "pourtant ils restent bien classés", souligne Test-Achats.

Conclusion de l’association de consommation : les principaux gagnants des nouvelles données tarifaires sont les clients dits "dormants" (ceux qui n’ont pas signé de contrat) chez les fournisseurs historiques, à savoir Electrabel et Luminus. Un ménage ayant un profil moyen en électricité et en gaz (chauffage) gagnera, sur base des données actuelles, 220 à 240 euros par an. "Ils gagneraient néanmoins davantage en allant à la concurrence", souligne l’association.

Pour les autres fournisseurs, "le constat est plus nuancé et l’économie escomptée peut s’avérer minime, voire nulle, selon les formules tarifaires". Test-Achats déplore que, "globalement et hors fournisseur historique, les gains restent minimes, surtout pour ceux qui avaient déjà fait un bon choix de fournisseur en 2012".

Tarifs de distribution

L’association rappelle aussi que le coût de l’énergie ne représente qu’une partie (environ 40 %) de la facture totale. Ce qui pèse lourd dans la balance ce sont les tarifs de distribution (imputés par les intercommunales) et les différentes taxes, qui, eux n’ont cessé d’augmenter. L’augmentation du prix de l’électricité ces dernières années résulte pour 75 % d’impôts et de coûts de distribution plus élevés, a calculé récemment l’institut Itinera.

La Creg, le régulateur fédéral du marché de l’énergie, doit, lui aussi, publier d’"ici quelques jours", un comparatif des prix, sur base des tarifs qui lui ont été communiqués. On devrait donc avoir une idée encore plus précise à ce moment-là.