"Spotted", l'heure de déclarer sa flamme sur Facebook

Le phénomène "Spotted" devient de plus en plus tendance. Parti des universités, ce service de messagerie amoureuse et anonyme via Facebook apparaît dans plusieurs communautés.

"Spotted", l'heure de déclarer sa flamme sur Facebook
©printscreen Facebook
Manon Legrand

"Au beau jeune homme brun aux yeux clairs qui a pris le tram 25 direction Gare de Boondael aux environs de 19h ce lundi 21 janvier, tu portais un pantalon beige, un bonnet gris et un sac style randonnée et tu lisais un bouquin, qui pourrait laisser entendre que tu es en sciences po. En espérant que tu sois bel et bien à l'ULB. La Blonde qui parlait du lavoir en rénovation!"

Cette déclaration d'amour innocente ne provient pas du célèbre Kiss&Ride du quotidien gratuit Metro. Cette rubrique à succès est supplantée par le phénomène "Spotted". Signifiant "repéré", il s'agit d'une page Facebook qui relaye des messages d'amour, en garantissant l'anonymat des auteurs. Initialement créé sur les universités, le phénomène fait rage et s'élargit à plusieurs communautés : villes, écoles secondaires, bibliothèques. Même la STIB a son "Spotted" depuis le début du mois de janvier et compte déjà près de 5000 abonnés.

Concrètement, il suffit de se rendre sur la page Facebook de la communauté qui vous intéresse, de la "liker" et d'envoyer anonymement votre déclaration d'amour en "message". L'administrateur du site se charge ensuite de publier l'annonce sur la page.

Un moyen de rencontres amusant...

"Spotted" permet, même aux plus timides, de déclarer leur flamme, de retrouver leur coup de foudre du bus ou de la bibliothèque. Les amis peuvent également se faire des blagues en s'envoyant de "fausses déclarations d'amour" drôles et amusantes. Commence alors un jeu de devinettes. Il n'est donc pas étonnant que le phénomène rencontre un large succès auprès du public étudiant, avec un pic de fréquentation durant les blocus. Sur "Spotted", certains règlent aussi leurs comptes, gentiment. "Au beau garçon avec un T-shirt orange, qui est en train de dormir depuis qu'il est arrivé pour "étudier". Venir à la bibli pour dormir ça sert à rien autant rester chez toi ! à bon entendeur salut.", peut-on lire sur "Spotted : Campus ULB". Le ton monte légèrement mais jusque-là, rien de grave.

... Qui comporte certaines dérives

"Spotted" ne dévoile pas l'identité des "utilisateurs". L'administrateur est lui aussi anonyme. Avec les risques que les données soient utilisées à d'autres fins qu'à leur objectif initial.

Ensuite, "Spotted" comprend les mêmes dérives que celles de Facebook de manière générale, à savoir qu'il offre une plateforme facilement accessible aux commentaires insultants. L'administrateur, plus qu'un entremetteur amoureux entre plusieurs milliers de personnes, doit alors jouer le rôle de modérateur. Ces cupidons 2.0 doivent donc avoir plus d'une corde à leur arc...


Sur le même sujet