Recherches publicitaires: Google accusé de préjugés raciaux

Comme les autres moteurs de recherches, Google récolte nos informations personnelles et compile des milliards de requêtes pour proposer, au final, des résultats populaires. Seulement, certains mots clés choisis pour cibler les publicités présenteraient des préjugés raciaux.

S.C
Recherches publicitaires: Google accusé de préjugés raciaux
©AFP

Difficile d'être « invisible » sur la toile. Comme les autres moteurs de recherches, Google récolte nos informations personnelles et compile des milliards de requêtes pour proposer, au final, des résultats populaires. Seulement, certains mots clés choisis pour cibler les publicités présenteraient des préjugés raciaux.

L'étude a été publiée à la fin du mois de janvier. Le professeur Latanya Sweeney, de l'université de Harvard, a comparé des publicités affichées avec les résultats des recherches. Elle a constaté que ces « pubs » varient de manière significative en fonction des critères raciaux. Ainsi, une recherche de noms à connotation « africaine », comme Leroy, Kareem et Keisha, occasionne des annonces liées aux activités criminelles. La chercheuse est donc tombée sur des réclames du type « Arrested? » avec un lien vers un site web qui permet de vérifier des casiers judiciaires. Et lorsqu'elle a introduit des noms se rapportant généralement à des « Blancs », comme Brad, Luc et Katie, les publicités générées étaient plus neutres.

Selon Latanya Sweeney, la discrimination est réelle. Elle explique qu'il existe moins de 1% de chance que les résultats soient basés sur le pur hasard. Seulement, la chercheuse n'accable pas directement Google. Il est possible, en effet, que les publicités soient ciblées de manière statistique. Elles reflèteraient donc les préjugés des internautes. Selon une deuxième hypothèse, les publicitaires pourraient également avoir acheté des mots-clés indélicats pour sélectionner les annonces. De son côté, Google a certifié, à la BBC, ne mener aucun « profilage racial ».

Pour Latanya Sweeney, cette étude soulève "des questions, à savoir si la technologie de publicité de Google met en lumière des préjugés raciaux dans la société, et comment les technologies de publicité et de recherche peuvent évoluer pour garantir l'impartialité raciale".

Ce n'est pas la première fois que Google se voit accusé de recherches stéréotypées. En France, des associations de lutte contre le racisme se sont attaquées au géant américain en avril dernier. Elles ont réclamé que le moteur de recherches évite à l'avenir d'associer le mot « juif » aux noms de personnalités. L'accord entre les deux parties est cependant resté confidentiel.


Sur le même sujet