EDF Luminus réduit la voilure. Ecolo s’inquiète. Wathelet a-t-il la solution ?

Les temps sont durs pour les acteurs historiques du marché belge de l’énergie. Après Electrabel, c’est au tour d’EDF Luminus d’annoncer un plan d’économies à l’horizon 2015 qui se couple avec des ajustements dans le parc de production à l’électricité.

AvC

Les temps sont durs pour les acteurs historiques du marché belge de l’énergie. Après Electrabel, c’est au tour d’EDF Luminus d’annoncer un plan d’économies à l’horizon 2015 qui se couple avec des ajustements dans le parc de production à l’électricité.

La filiale belge (à environ 50 %) d’EDF a décidé la mise à l’arrêt temporaire, à partir de juillet 2014, de la centrale turbine gaz vapeur de Seraing. A cause d’une demande d’électricité mise sous pression par la crise économique et de la concurrence des centrales au charbon, cette centrale est devenue trop onéreuse. Elle a tourné 1 000 heures en 2012 alors qu’une utilisation rentable nécessite au moins 5 500 heures. Elle emploie 56 personnes.

EDF Luminus prévoit aussi de réduire de 20 % ses coûts opérationnels à l’horizon 2015. Pour quel montant exactement ? "Cela reste à définir", répond laconiquement la porte-parole Anne Grandjean. Ce plan qui vise tous les départements comprendra autant une renégociation des contrats d’approvisionnement en gaz que des prépensions ou des départs naturels en passant par la non-reconduction de contrats à durée déterminée.

Réunis en assemblée générale jeudi après-midi, les travailleurs d’EDF Luminus ont mandaté leurs représentants pour exiger de la direction (qui a refusé de se déplacer, disent-ils) qu’elle leur communique des données précises quant à son plan d’économies.

L’entreprise, qui emploie un peu moins de 1 000 personnes en Belgique, justifie ce plan par un environnement plus difficile marqué par des mesures régulatoires supplémentaires et des baisses de prix depuis 2013 (en moyenne 150 euros par an par client).

Ecolo-Groen n’a pas tardé à réagir à l’annonce d’EDF Luminus. Avec la mise sous cocon de la TGV de Seraing et la mise en cycle ouvert d’Angleur, "une centaine d’emplois sont aujourd’hui menacés", s’inquiètent les verts. Qui déplorent également "la lenteur coupable du gouvernement fédéral qui n’a pas su prendre les initiatives nécessaires pour éviter cette mise sous cocon, laquelle s’apparente à un nouveau chantage sur la sécurité d’approvisionnement de notre pays et sur les travailleurs". Jugeant le plan d’EDF plus important que prévu, les syndicats mettent aussi la pression. "L’avenir des unités d’Angleur et de Seraing est conditionné par la mise en place d’un mécanisme de soutien du gouvernement. S’il ne se positionne pas, nous allons vers une fermeture pure et simple", indique Didier Nicaise, secrétaire fédéral CGSP Gazelco.

En juillet dernier, le secrétaire d’Etat Melchior Wathelet avait en effet promis pour fin 2012 un plan d’équipement qui visait à assurer la sécurité d’approvisionnement de la Belgique. Très attendu, ce plan serait enfin élaboré. "Nous sommes prêts", souligne-t-on au cabinet Wathelet. Le secrétaire d’Etat attend dorénavant que ce plan soit à l’agenda du "kern". Aucune date n’est donnée pour l’instant.

Sur le même sujet