Le FMI s'avèrerait "hostile" à son évaluation interne

Selon un rapport, "la transparence et l'ouverture à l'évaluation sont pourtant particulièrement importantes pour une institution dont l'action est parfois sujette à d'importantes controverses". Le FMI aurait-il des choses à cacher ?

Le FMI s'avèrerait "hostile" à son évaluation interne
©afp.com
AFP

Une partie du Fonds monétaire international (FMI) fait parfois preuve d"hostilité" vis-à-vis de l'organe en charge de son évaluation interne, selon un rapport publié vendredi et commandé par les Etats-membres du Fonds.

"Nous avons perçu une attitude défensive, et dans certains cas hostile, de la part d'une partie de la direction et des équipes du Fonds qui devra changer si l'institution souhaite tirer le plus grand bénéfice" de son Bureau d'évaluation indépendant (IEO), indique ce rapport coécrit par l'économiste brésilien José Antonio Ocampo, ex-candidat à la présidence de la Banque mondiale en 2012.

Indépendant du Fonds et créé en 2001, l'IEO a récemment publié des audits critiques sur l'institution, assurant notamment que son "impartialité" restait à prouver et que le Fonds avait surestimé le risque posé par l'accumulation de réserves de change, au détriment des pays émergents.

Sorte d'audit sur l'audit, le rapport publié vendredi souligne que le Fonds est soumis à "différentes pressions", notamment exercées par "ses membres les plus influents", que l'IEO aurait parfois ignorées au moment de faire ses recommandations, au risque "de porter atteinte à la crédibilité du Fonds à l'éxtérieur".

Le rapport, qui s'appuie plusieurs dizaines d'entretiens, estime toutefois que le travail de l'IEO et son existence même contribuent à améliorer l'image du FMI.

"La transparence et l'ouverture (à l'évaluation, ndlr) sont particulièrement importantes pour une institution dont l'action est parfois sujette à d'importantes controverses", écrivent les trois auteurs du rapport.

Ils appellent également l'IEO à "résister aux pressions" visant à le marginaliser" et prient les équipes du FMI de collaborer "activement" avec ce cet organe, "tout en respectant pleinement son indépendance".

En réponse à ce rapport, la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a estimé que les tensions entre les équipes du Fonds et l'IEO étaient "dans une certaine mesure inévitables" et a appelé à renforcer leur collaboration.

"Les auteurs ont raison de dire que cette relation doit être améliorée et que l'IEO deviendra plus efficace avec un engagement plus important avec le Fonds et de sa part", dit-elle, dans un communiqué publié en marge du rapport.

Sur le même sujet