L'euro stable face à un dollar toujours ébranlé par l'emploi américain

L'euro restait stable face au dollar lundi, après un envol en fin de semaine dernière face à un billet vert ébranlé par des chiffres décevants de l'emploi aux Etats-Unis.

L'euro stable face à un dollar toujours ébranlé par l'emploi américain
©Photonews
AFP

L'euro restait stable face au dollar lundi, après un envol en fin de semaine dernière face à un billet vert ébranlé par des chiffres décevants de l'emploi aux Etats-Unis, tandis que le yen décrochait à nouveau, sous la pression de la nouvelle politique de la Banque du Japon.

Vers 18H00 GMT (20H00 à Paris), l'euro valait 1,3007 dollar contre 1,3004 dollar vendredi vers 21H00 GMT. Il s'était hissé jusqu'à 1,3040 dollar vendredi, franchissant la barre de 1,30 dollar pour la première fois depuis deux semaines.

La monnaie unique européenne s'appréciait fortement face à la monnaie japonaise, à 128,87 yens, contre 126,82 yens vendredi soir, à son plus haut depuis janvier 2010.

Le dollar grimpait aussi nettement face à la devise nippone, à 99,07 yens, contre 97,52 yens vendredi soir, un niveau plus vu depuis mai 2009.

"Le dollar est de nouveau sur la défensive (...) suite à la diffusion vendredi du rapport morose sur l'emploi américain, qui a jeté un voile sur les précédentes prévisions, plutôt optimistes, sur l'économie américaine", a relevé Omer Esiner, de Commonwealth Foreign Exchange.

"Les investisseurs avaient parié à la hausse sur le dollar ces dernières semaines grâce à l'amélioration d'indicateurs américains et l'idée que les Etats-Unis allaient prendre une longueur d'avance en termes de reprise économique sur ses principaux rivaux", a expliqué l'analyste.

"Mais les nouvelles informations décevantes (sur l'emploi) ont tendance à laisser penser que la banque centrale américaine (Fed) va s'accrocher à sa politique monétaire très accommodante, empêchant ainsi le dollar de tester à nouveau ses récents sommets", a-t-il ajouté.

Les injections massives de liquidités de la Fed destinées à aider l'économie contribuent en effet à diluer la valeur du dollar. Le marché sera donc particulièrement attentif au discours du président de la Fed, Ben Bernanke, prévu dans la soirée à Atlanta (Géorgie, sud-est).

La remontée de la monnaie unique face au billet vert lui a en tout cas permis d'"effacer les pertes enregistrées (sur les deux semaines précédentes) au cours de la crise chypriote", a estimé Lee Hardman, analyste de Bank of Tokyo Mitsubishi.

La prudence devrait toutefois rester de mise, alimentée par "les attentes grandissantes de voir la Banque centrale européenne (BCE) assouplir encore davantage sa politique monétaire", après des propos très prudents, jeudi dernier, du président de l'institution Mario Draghi sur l'économie de la région, a également noté M. Hardman.

Par ailleurs, "le Portugal constitue désormais un nouveau défi pour la zone euro", après le rejet par la Cour constitutionnelle de plusieurs mesures d'austérité recommandées par les créanciers du pays, a souligné Anita Paluch, analyste de Gekko Markets.

Côté positif, l'euro était soutenu par des chiffres de la production industrielle de l'Allemagne légèrement meilleurs que prévu, avec une hausse de 0,5% sur un mois.

De son côté, le yen restait sous forte pression, toujours pénalisé par l'annonce jeudi d'une accélération et amplification des mesures d'assouplissement monétaire par la banque centrale du Japon (BoJ), l'institution ayant décidé de doubler la base monétaire du Japon en deux ans, notamment via une forte augmentation des achats d'obligations d'État.

Vers 18H00 GMT, la livre britannique fléchissait face à l'euro, à 85,26 pence pour un euro et face au billet vert à 1,5255.

La devise helvétique cédait un peu de terrain face à l'euro, à 1,2160 franc suisse pour un euro et face au billet vert, à 0,9339 franc pour un dollar.

Sur le même sujet