Une déclaration fiscale plus compliquée...

Ce formulaire portant sur l'année de revenus 2012 reprend 61 nouveaux codes, alors que 47 ont disparu en raison de la suppression d'avantages fiscaux. Certaines déductions fiscales ont été remplacées par des réductions.

Une déclaration fiscale plus compliquée...
BELGA

Le formulaire de déclaration à l'impôt des personnes physiques, publié lundi au Moniteur, est un peu plus compliqué que celui de l'an dernier, a rapporté la VRT-radio. Ce formulaire portant sur l'année de revenus 2012 reprend 61 nouveaux codes, alors que 47 ont disparu en raison de la suppression d'avantages fiscaux. Certaines déductions fiscales ont été remplacées par des réductions.

"Les frais de garde d'enfant par exemple, étaient jusqu'à l'an dernier déductibles du revenu imposable, et l'impôt était calculé sur le plus bas revenu. Pour 2012, ces dépenses ne sont plus déductibles, mais le contribuable peut bénéficier d'une réduction fiscale", a expliqué le fiscaliste Herman De Cnijf sur la radio publique flamande.

"En conséquence, les gens seront moins nombreux à bénéficier de certaines allocations, comme les bourses d'étude. Car celles-ci sont calculées sur base du revenu imposable, qui sera donc plus élevé". Les contribuables déclarant des intérêts élevés sur leurs revenus mobiliers auront plus de travail. "Ceux qui ont reçu l'an dernier plus de 20.020 euros de dividendes et d'intérêts doivent établir une distinction selon que le précompte mobilier a ou non déjà été perçu, ou que l'impôt complémentaire a ou non déjà été reversé. Cette distinction occupe presque toute une page du formulaire de déclaration".

Le ministre des Finances, Koen Geens, a concédé que la nouvelle déclaration fiscale serait peut-être plus compliquée que la précédente, mais certainement pas moins juste. "Laissez-moi vous dire que je ne trouverai pas de repos tant qu'elle ne sera pas simplifiée; mais je ne suis pas le premier à promettre ça", a réagi le ministre CD&V.

S'il reconnaît des répercussions possibles sur l'ouverture au droit à une bourse d'étudiant, Koen Geens se demande si la situation antérieure était toujours juste. "Il y avait des effets d'aubaine dans de nombreux cas. Tandis que les réductions fiscales, elles, sont les mêmes pour tout le monde. Je ne suis donc pas convaincu de l'inéquité alléguée".

Sur le même sujet