Une PME bruxelloise sur quatre est au bord de la faillite

Le refrain est connu : la Belgique est une terre fertile pour les PME (petites et moyennes entreprises, comptant moins de cinquante employés) : notre pays en dénombre ainsi plus de 960 000 sur son territoire. Et c’est à Bruxelles que ce nombre est proportionnellement le plus important (112 034 PME enregistrées en 2011, soit une croissance de 20 % par rapport à 2002). Désormais, plus de neuf entreprises sur dix sont des PME dans la capitale. Mais il faut nuancer cette forte progression : l’immense majorité des petites et moyennes entreprises de la capitale emploient peu ou très peu de personnel. Moins d’une PME bruxelloise sur vingt a ainsi plus de cinq employés. Derrière ces sociétés, on retrouve en fait énormément de professions indépendantes.

R.Meu.

Étude

L

e refrain est connu : la Belgique est une terre fertile pour les PME (petites et moyennes entreprises, comptant moins de cinquante employés) : notre pays en dénombre ainsi plus de 960 000 sur son territoire. Et c’est à Bruxelles que ce nombre est proportionnellement le plus important (112 034 PME enregistrées en 2011, soit une croissance de 20 % par rapport à 2002). Désormais, plus de neuf entreprises sur dix sont des PME dans la capitale. Mais il faut nuancer cette forte progression : l’immense majorité des petites et moyennes entreprises de la capitale emploient peu ou très peu de personnel. Moins d’une PME bruxelloise sur vingt a ainsi plus de cinq employés. Derrière ces sociétés, on retrouve en fait énormément de professions indépendantes.

Autre nuance de taille : c’est aussi dans la capitale que les PME sont les plus vulnérables. D’après les chiffres récoltés par le bureau d’étude Graydon, une PME bruxelloise sur quatre est "en danger de faillite" à Bruxelles, contre une sur huit en Belgique. Les PME de la capitale sont jeunes : près de la moitié d’entre elles ont moins de dix ans. Or, l’on sait qu’en général, les cinq premières années sont les plus difficiles pour une entreprise.

Les premiers chiffres de 2013 confirment ce constat : une entreprise bruxelloise sur 198 actives a fait faillite. Par comparaison, en Flandre, on en comptait une sur 436 et en Wallonie une sur 328.

A Bruxelles, ce sont surtout les secteurs de l’Horeca et du commerce qui trinquent, tandis que la construction et les bureaux de consultance s’en sortent relativement bien. A ce propos, tant l’UCM que l’Unizo (qui représentent les intérêts des PME en Belgique) trouvent "affolants" les projets de mégashopping autour et dans Bruxelles, "qui ne feront qu’asphyxier les petits commerçants de la ville".

Notons enfin, que la très large majorité des nouvelles PME sont créées par des nouveaux Belges. "Il faut davantage soutenir ces petits entrepreneurs qui ne sont pas toujours au courant de toutes les législations ou des aides possibles" , expliquent les deux organisations qui appellent le gouvernement bruxellois à prendre "d’urgence" des mesures destinées à réduire les frais pour les entreprises bruxelloises et à simplifier leurs démarches administratives. "Autrement, le nombre de faillites et de pertes d’emplois va continuer à grimper."