Austérité? Polémique autour d’une "bourde"

Les politiques d’austérité appliquées dans bon nombre de pays occidentaux tiennent-elles à une erreur de fichier Excel ? C’est ce qu’affirment plusieurs économistes américains.

Austérité? Polémique autour d’une "bourde"
©Reporters
R.Meu.

Les politiques d’austérité appliquées dans bon nombre de pays occidentaux tiennent-elles à une erreur de fichier Excel ? C’est ce qu’affirment plusieurs économistes américains, qui mettent en cause une étude publiée par deux illustres professeurs d’Harvard datant de 2010 et intitulée "Growth in a Time of Debt". L’étude incriminée, dont les auteurs sont Carmen Teinhart et Ken Rogoff (ancien économiste en chef du FMI), a eu une forte influence : elle a été citée dans plus de 500 articles universitaires et a été mentionnée par l’ancien secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner, de nombreux politiques américains et européens, dont le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn.

Rogoff et Reinhart affirmaient, à partir de statistiques couvrant la période 1946-2009, que la croissance d’un pays commence à ralentir une fois que son endettement représente plus de 90 % de son PIB. Mais l’étude comporte "plusieurs erreurs", pointent des chercheurs de l’université de Massachusetts qui ont eu accès aux données brutes de Rogoff et Reinhart : les auteurs ont exclu certaines années ou pays de leurs données. Ils ont aussi fait une "grossière erreur" de codage sur Excel en écartant cinq pays de leurs calculs, dont la Belgique (qui a une dette publique dépassant 90 % de son PIB) ou de bons élèves comme l’Australie, l’Autriche, le Canada ou le Danemark. " La Belgique a eu pendant 26 ans une dette publique supérieure à 90 % de son PIB, ce qui ne l’a pas empêchée d’avoir une croissance de 2,6 % en moyenne durant cette période ", expliquent les chercheurs de cette nouvelle étude. Ces derniers ont calculé que le taux moyen de croissance pour les pays étudiés devait être en réalité de 2,2 % et non de -0,1 %, comme évalué par les deux économistes d’Harvard. La publication de ce rectificatif a créé la polémique aux Etats-Unis. " Combien de personnes ont été mises au chômage suite à cette erreur arithmétique ?" , s’est indigné Dean Baker, le codirecteur du Center for Economic and Policy Research. Le blog ThinkProgress dénonce, lui, " une erreur d’une importance politique et économique immense" . Dans un communiqué, les deux économistes d’Harvard ont partiellement reconnu leur erreur de codage, tout en maintenant que leurs conclusions étaient justes. Une réponse " très mauvaise" , selon le prix Nobel Paul Krugman, qui juge que les économistes "fuient la critique".


L'économiste Bruno Colmant sera l'Invité du samedi de LaLibre.be. Découvrez son interview ce samedi dès 12h.

Sur le même sujet