Édito: Les Belges vont (enfin) épargner utile

Le ministre des Finances est décidé à prendre le taureau par les cornes. Des cornes d’abondance en l’occurrence, puisqu’il s’agit de mobiliser les quelque 250 milliards d’euros que les Belges laissent somnoler sur les comptes épargne. Un édito signé Yves Cavalier.

Édito: Les Belges vont (enfin) épargner utile
©Photonews

Un édito signé Yves Cavalier.

Le ministre des Finances est décidé à prendre le taureau par les cornes. Des cornes d’abondance en l’occurrence, puisqu’il s’agit de mobiliser les quelque 250 milliards d’euros que les Belges laissent somnoler sur les comptes épargne. Le taux d’intérêt de ces dépôts est proche du zéro absolu, à l’image de la contribution de ce pactole à l’économie du pays. Koen Geens, encore très jeune promu aux Finances, a décidé de passer à l’action. Il propose donc de faire migrer cet argent des comptes d’épargne vers les bons de caisse où il sera bloqué pendant une période de 5 ou 7 ans. L’avantage de la formule c’est que ces liquidités "immobilisées" pendant un temps plus long dans les banques, pourront être utilisées pour financer des projets économiques à plus long terme. Il sera donc plus facile pour les banques de prêter aux entreprises. En échange de cette "immobilisation", les épargnants vont bénéficier d’un avantage fiscal : le précompte sera ramené de 25 à 15 % sur les intérêts de ces bons de caisse. Intérêts qui pourraient être légèrement supérieurs également. Pas d’illusions : l’ambition du ministre ne se limitera pas à cette première initiative. Pour la booster, il n’est pas exclu de réduire, voire de supprimer, le régime fiscal de faveur dont bénéficient les comptes d’épargne (aux intérêts non précomptés à concurrence de 1 880 euros en 2013). Mais une chose est évidente : la machine est en route et ce n’est pas un hasard si cette initiative intervient alors que la régularisation de l’argent belge égaré à l’étranger bat son plein. Quitte à faire une nouvelle entorse au principe de l’harmonisation de la fiscalité sur les revenus mobiliers.