Télécommunications: des différences de prix parfois importantes

"On voit des différences de prix avec des rapports de deux à trois, cela montre l'importance de comparer", souligne Johan Vande Lanotte.

BELGA
Télécommunications: des différences de prix parfois importantes
©REPORTERS

Une comparaison nationale des tarifs des télécommunications, menée par l'Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT) à la demande du ministre de l'Economie, Johan Vande Lanotte, montre des différences allant de neuf euros par mois pour un usage faible à 40 euros par mois (soit 480 euros par an) pour un usage plus intensif. Cette comparaison a été présentée ce mercredi à Bruxelles. 

L'étude a été menée le 3 juin et reflète la situation du marché à ce moment-là, précise l'IBPT. Elle reprend au maximum de quinze opérateurs ou fournisseurs de service. Plusieurs types d'offres ont été analysées pour la téléphonie mobile - tant prépayée que par abonnement -, la téléphonie fixe, le triple play et l'internet fixe. Plusieurs profils de consommateurs ont également été analysés.

Il en ressort que la multiplication des offres permet au consommateur d'opter pour des formules aux prix réduits. Ainsi, un utilisateur de téléphonie mobile postpaid n'ayant besoin que de 60 minutes d'appels, de 50 sms et d'aucune donnée pour accéder à internet peut déjà trouver une offre à 5 euros. L'offre la plus chère pour ce profil est de 14 euros, soit presque trois fois plus. Ces différences se retrouvent dans d'autres formules de téléphonie mobile, mais également dans les formules triple play (combinant téléphonie fixe, internet et télévision) - les prix allant de 48 à 70 euros - et même dans les offres internet à large bande (de 23,57 à 66,99 euros).

"On voit des différences de prix avec des rapports de deux à trois, cela montre l'importance de comparer", souligne Johan Vande Lanotte.

Les consommateurs ne changent pas assez d'opérateur

Malgré la baisse des prix des télécommunications observée ces derniers mois, de nombreux consommateurs gardent les tarifs historiques et sont réticents à changer, a indiqué le ministre de l'Economie et des Consommateurs, Johan Vande Lanotte. 

La concurrence dans le secteur des télécommunications a permis des baisses de prix substantielles, a souligné le ministre. Les prix ont diminué de vingt pour cent en moyenne. Mais il reste de nombreux consommateurs qui gardent les tarifs historiques, plus élevés, sans manifester l'envie d'en changer. "On ne peut pas reprocher aux opérateurs de ne pas sensibiliser leurs clients: ils le font, comme la loi le prévoit", relève le ministre. "Mais les clients sont méfiants, ils se demandent ce que cache cette proposition".

Une étude de l'Institut belge des services postaux et des télécommunications à paraître bientôt montre que 50% des clients se disent satisfaits de leur opérateur, mais 50% disent aussi qu'ils paient probablement trop cher pour les services dont ils bénéficient.

Des actions de sensibilisation seront menées dès septembre afin d'inciter les consommateurs à comparer les formules tarifaires et à changer pour des formules plus avantageuses.