Foire de Libramont, regain de confiance chez les agriculteurs

La 79e édition de la Foire agricole, forestière et agroalimentaire de Libramont ouvre ses portes ce vendredi. Et la confiance des agriculteurs belges a légèrement progressé par rapport à l'année dernière.

Charlotte Mikolajczak avec Belga
Foire de Libramont, regain de confiance chez les agriculteurs
©D.R.

La confiance des agriculteurs belges a légèrement progressé par rapport à l'année dernière, mais un certain nombre d'incertitudes continuent à peser sur la profession, ressort-il de l'indice de confiance du milieu agricole présenté vendredi à la Foire de Libramont par la banque Crelan. Tant en Wallonie qu'en Flandre, l'indice de confiance est passé de 43 points l'année dernière à 44 points cette année. Une faible progression donc mais qui se confirme depuis quelques années. "Ces deux, trois dernières années, on constate une légère hausse de la confiance des agriculteurs. 


Mais ce n'est pas une progression extraordinaire. On sent toujours une inquiétude par rapport à l'avenir. Il y a beaucoup de paramètres dont les agriculteurs ne sont pas toujours très sûrs: la volatilité des prix, les coûts de production, les mesures liées à la politique agricole commune", a souligné Luc Versele, CEO de Crelan, au cours d'une conférence de presse.

Au niveau des secteurs, le secteur viandeux affiche davantage d'optimisme, tant au nord qu'au sud du pays. En Flandre, les secteurs des fruits et légumes et porcins connaissent également un regain d'optimisme. En Wallonie, le secteur des grandes cultures maintient sa confiance à un niveau identique à 2012. A l'inverse, seul le secteur laitier se montre plus pessimiste, aussi bien en Wallonie qu'en Flandre, après une année 2012 difficile.

L'enquête révèle en outre que 50% des agriculteurs wallons et 45% des agriculteurs flamands donnent une évaluation positive de leur résultat financier pour les 12 derniers mois.

L'enquête de Crelan a été réalisée du 6 avril au 6 mai auprès de 1.250 agriculteurs.


Vitrine de la ruralité

La 79e édition de la Foire agricole, forestière et agroalimentaire de Libramont ouvre ses portes ce vendredi. Même s’il ne s’agit pas tant de portes que de… barrières. L’exposition, gigantesque (1 800 exposants et marques) se tient, pour sa plus grande partie, en plein air, sur un site de quelque 30 hectares. Comme les années précédentes, elle accueillera plus de 200 000 visiteurs en quelques jours, ce qui en fait l’un des plus importants rassemblements populaires de Wallonie.

Son succès tient au fait qu’elle aborde tous les aspects qui font la ruralité aujourd’hui : machinisme, élevage, forêt, agroalimentaire, horticulture, recherche, éducation, etc. Ce qui n’était pas le cas à l’origine. A l’époque, organisée par l’union professionnelle "Le cheval de trait ardennais" créée en 1926, elle se limitait à un grand concours national de… chevaux de trait ardennais. "Le concours a alors été étoffé avec la présentation de charrues, raconte Jean-François Piérard, secrétaire général de cette union devenue Société royale en 1976, puis de machines agricoles et autres produits dérivés."

Cette année, l’accent sera mis sur l’angle forestier, avec pour thème "L’arbre produit, protège et conserve". De quoi parcourir un nombre infini de sujets, "l’arbre étant présent dans l’ensemble de nos univers", ajoute Jean-François Piérard. En forêt, dans les champs, en ville, isolé et même mort (maintenant ou accroissant la biodiversité). "Nous alternons thèmes agricole et forestier, ajoute M. Piérard. L’an dernier, il était agricole : "A table : du champ à l’assiette". L’an prochain, il le sera également : "La Pac pour les nuls" ; même si le sujet est bien sûr abordé chaque année, l’Europe ayant un stand sur la Foire."

Organisée fin juillet, "une période calme dans le monde de l’agriculture, entre les foins et les moissons", la Foire de Libramont accueille autant de professionnels que de non-professionnels, "même si la limite n’est pas toujours étanche". Les premiers (agriculteurs, forestiers, entrepreneurs de génie civil, terrassement, parcs et jardins, collectivités locales), admirent et… achètent. "Il s’agit bien d’une foire d’achats", ajoute encore Jean-François Piérard, sans toutefois pouvoir évoquer son ampleur financière. "Certains bons sont signés ici, mais la majorité après la Foire. Toutefois, pour preuve, il y a l’extraordinaire fidélité des exposants (90 % signent pour l’année suivante) et une liste d’attente phénoménale."

Le grand public, lui, s’y déplace pour le plaisir, l’ambiance et les animations festives, plus quelques achats. "La Foire est familiale et grand public depuis l’origine, sourit Jean-François Piérard. A l’époque du concours, c’est toute la famille qui venait présenter son cheval de trait."



Retrouvez notre dossier complet dans La Libre Belgique