Mont-de-piété : en 400 ans, la recette n’a jamais été aussi belle

Une très bonne année… Une de plus depuis le cap de 2009, et le reste ! C’est, au terme de l’exercice 2012-2013, la conclusion d’Etienne Lambert, directeur du Mont-de-piété, institution publique de prêts sur gage active depuis… 1618 !

Frédérique Masquelier
Mont-de-piété : en 400 ans, la recette n’a jamais été aussi belle
©Photo News

Une très bonne année… Une de plus depuis le cap de 2009, et le reste ! C’est, au terme de l’exercice 2012-2013, la conclusion d’Etienne Lambert, directeur du Mont-de-piété, institution publique de prêts sur gage active depuis… 1618 ! "Plus les conditions de vie sont difficiles pour une population, plus son Mont-de-piété est riche, assure-t-il, mi-figue mi-raisin, tout en précisant que "jamais le Mont-de-piété n’a prêté autant que ces deux dernières années, avec 9,44 millions d’euros accordés rien que pour l’année écoulée." Le tout décliné en quelque 29000 prêts, dont certains au bénéfice des 2540 clients ayant franchi pour la première fois les portes du n° 21 de la rue Saint-Ghislain (Bruxelles) en 2012. "Soit un nombre en augmentation de 12,6 % par rapport à 2011 et un nouveau plafond historique !" Lequel s’ajoute à la liste de ceux qui ont déjà marqué l’année 2011, qu’il s’agisse du nombre de prêts accordés ou du montant prêté.
Pour expliquer ces bons résultats, tous les doigts se pointent évidemment vers la crise ambiante. "La crise a pour conséquence de restreindre drastiquement l’accès de nombreux ménages au crédit bancaire, acquiesce Etienne Lambert. Ce qui justifie que cette forme de crédit extraordinairement souple qu’est le prêt sur gage conserve toute sa pertinence, même à l’aube de son 400e anniversaire." Sans compter qu’aucune vérification n’est effectuée si elle n’a trait au bien gagé, pas plus que ne soit exigée une justification quant au motif du prêt ou à l’affectation de la somme reçue. Et que les premiers crédits démarrent à… 30 euros.

Le principe est simple. "Nous offrons, après estimation, quelque 50 à 60 % de la valeur du bien gagé, que son propriétaire récupère au terme de 6 mois après s’être acquitté du remboursement du capital majoré de 6,5 % d’intérêts annuels, explique Annie Van Den Eeckhoudt, responsable des services engagement et vente. Si celui-ci souhaite prolonger son crédit, 10,5 % d’intérêts annuels seront demandés pour les semestres suivants. S’il ne peut plus rembourser son dû, le bien est mis aux enchères lors de séances de vente publique, sachant qu’une fois déduits les frais de vente, le bonus réalisé est redistribué au client."

Quid des biens gagés ? Outre les habituels bijoux en or (97,5 % des objets déposés), l’argenterie, les tableaux, les objets de bronze, cristal ou céramique, "le Mont-de-piété s’ouvre progressivement à d’autres formes de gages, pour mieux coller aux évolutions du patrimoine des ménages, ajoute Etienne Lambert. Ainsi, nous acceptons désormais les bouteilles de vin de qualité et les sacs de marques."

Rare indicateur en baisse dans ce bilan 2012 ultra positif, celui du nombre de remboursements de dégagement d’objets, qui a diminué de 5 %. "C’est le signe que les emprunteurs attendent des jours meilleurs pour récupérer leur gage, se contentant pour l’instant d’en payer les intérêts", observe le directeur. Sur les 9,44 millions d’euros sortants, en effet, seuls 7,13 millions sont revenus dans les caisses du Mont-de-piété.