Test-Achats bientôt courtier en assurances

Mefirst.be estime que l'organisation perd son indépendance. Jean-Philippe Ducart estime, lui, que cette licence met Test-Achats à l'abri des poursuites.

Test-Achats bientôt courtier en assurances
©Reporters
L.Lam

Comme l’a révélé le quotidien “l’Echo”, Test-Achats va introduire une demande auprès de la FSMA, l’autorité des marchés, pour obtenir une licence de courtier en assurances. Selon T-A, l’objectif principal est de proposer les meilleurs tarifs aux particuliers. ‘Mefirst.be’, un site de comparaison des assurances, estime cependant que T-A risque de perdre son indépendance en devenant “juge et partie”.  "Aujourd'hui, grâce à internet, ce ne sont pas les informations qui manquent, estime Johan Bertrands, directeur général du site de comparaison. La question demeure de savoir pourquoi introduire une demande de licence et ainsi mettre leur indépendance en danger ?"

“Notre but est d’informer et d’accompagner les particuliers dans les démarches de changement, répond Jean-Philippe Ducart, le porte-parole de T-A. En obtenant une licence d’intermédiaire, on se met à l’abri des poursuites. Les courtiers flamands nous reprochaient de faire de l’intermédiation sans avoir de licence. En outre, les gains réalisés seront rétrocédés à nos membres".

Jean-Philippe Ducart ne sait pas encore si les services d'intermédiaire en assurances seront ouverts à tout le monde ou uniquement aux membres de T-A. "Si le service est ouvert à tous, les gains dégagés auprès des non-membres seront utilisés pour financer le service, explique-t-il. Notre but est toujours le même: conseiller de façon indépendante le client. Ce qui n'est pas le cas des courtiers qui choisissent souvent l'assurance en fonction de la commission ».

Sur le même sujet