Stefaan De Clerck officialisé à la présidence de Belgacom

Exit donc Michel Moll...

Belga

Le Conseil des ministres a approuvé vendredi la désignation de Stefaan De Clerck (CD&V) à la présidence du conseil d'administration de Belgacom et le renouvellement d'un certain nombre de mandats venus à échéance. Stefaan De Cerck remplace Michel Moll (étiqueté MR), président ad interim de Belgacom, ce dernier étant remplacé au sein du CA par Laurent Levaux, patron d'Aviapartner et vice-président de l'Union wallonne des entreprises.

Michel Moll s'est retrouvé au centre d'une controverse, le Morgen ayant soulevé un problème potentiel de cumul de mandats et mis au jour ses activités de consultant pour un opérateur télécom chinois suspecté par le renseignement de se livrer à des activités d'espionnage. Selon certaines sources, le non renouvellement de son mandat aurait toutefois été décidé avant la publication de ces informations qui ont égratigné l'image de l'entreprise.

Outre l'arrivée de Laurent Levaux, le Conseil des ministres a également approuvé celle d'Isabelle Santens (étiquetée CD&V), ainsi que le renouvellement des mandats de Martine Durez (PS) et Paul Van de Perre.

Ces administrateurs doivent encore être confirmés par les instances de l'entreprise publique. Il est "fondamental" que Belgacom, entreprise publique de premier rang, puisse aller de l'avant avec son conseil d'administration ainsi renouvelé vu les "échéances importantes" qui l'attendent, a commenté vendredi le ministre des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille.

Le patron de Belgacom a vendu pour 3,2 millions d'actions de son entreprise 

Didier Bellens, le patron de Belgacom, a vendu mardi 170.899 actions de son entreprise. Cette vente a rapporté 3,21 millions d'euros, soit environ 18,79 euros par action, indique le site internet de l'autorité des services et marchés financiers, la FSMA. Cela ne constitue néanmoins pas un gain net pour Bellens car il avait acheté ces actions précédemment. On ne sait pas à quel prix et il est donc difficile d'en déduire la plus-value qu'il a pu réaliser.

Les actions font partie de la rémunération de l'administrateur-délégué de Belgacom. Le bilan 2012 indiquait ainsi: "L'administrateur-délégué a choisi de percevoir sa rémunération variable à court terme via un plan d'achat d'actions comportant une réduction de 16,67 pc." Cela autorisait l'intéressé à acheter un certain nombre d'actions à prix réduit. Les actions étaient bloquées pendant un certain temps et ne pouvaient être vendues qu'à des périodes bien précises de l'exercice. Hasard ou pas, l'opération de mardi est intervenue au lendemain du jour où on apprenait que Belgacom avait été victime d'espionnage.