De meilleurs salaires pour les profils rares?

C’est ce qu’anticipe le Guide des salaires 2014 des profils financiers de Robert Half.

Berger Solange
De meilleurs salaires pour les profils rares?
©REPORTERS

Ce n’est pas neuf : certains profils sont difficiles à trouver sur le marché du travail. C’est le cas entre autres pour certains métiers de la finance. Quelque 78 % des 200 CFO belges sondés dans le cadre du Guide des salaires en finance 2014 de Robert Half reconnaissent d’ailleurs qu’ils ont des difficultés à trouver des professionnels de la finance qualifiés. "Les entreprises sont à la recherche de professionnels financiers aptes à apporter une contribution immédiate à leur productivité" , note Joël Poilvache, directeur de Robert Half. Parmi ces profils recherchés (voir infographie), on peut pointer ceux en lien avec la comptabilité. Les fonctions les plus demandées sont celles d’aide comptable et de chef comptable notamment. Autres profils rares : les profils financiers tels que les contrôleurs financiers et les contrôleurs de gestion. Au sein du secteur des services financiers, les domaines fonctionnels où la demande est la plus aiguë sont la gestion du risque, la conformité et le reporting réglementaire. "La mondialisation et la numérisation de plus en plus poussée du secteur de la finance et de la comptabilité, ainsi que la nécessité accrue de gestion et de suivi de la réglementation, influencent fortement le contenu des fonctions financières et comptables" , explique Joël Poilvache.

Des profils d’autant plus difficiles à trouver que les attentes des entreprises sont importantes : elles exigent de leurs futurs collaborateurs financiers qu’ils soient multilingues et démontrent des compétences techniques actualisées en matière informatique et d’analyse de données. Ils doivent également avoir de bonnes compétences analytiques et des "soft skills" appropriées. "Ces exigences ne sont pas neuves , constate Joël Poilvache. C’est une tendance lourde qui s’affirme de plus en plus et va encore s’accentuer."

"Pas de hausses spectaculaires non plus"

Si ces profils sont rares, cela signifie-t-il qu’ils sont aussi plus chers ? "Dans nos prospectives salariales pour 2014, nous estimons que les candidats dans ces métiers en pénurie ont plus de chances de toucher un salaire de départ plus élevé. Surtout pour les juniors qui ont déjà une première expérience professionnelle mais encore tout un potentiel de développement et d’apprentissage , note Joël Poilvache qui précise tout de même : il ne s’agit pas de hausses spectaculaires non plus. De plus, les rémunérations des nouveaux profils seniors devraient, quant à eux, rester plus stables." Comme ceux des collaborateurs existants d’ailleurs. L’étude de Robert Half révèle ainsi que 78 % des sondés affirment qu’il n’y aura pas de changement dans la politique salariale. A noter que dans le Guide 2013 des salaires, seuls 56 % étaient de cet avis. Les bonus resteront aussi inchangés estiment 56 % des sondés. "L’année prochaine sera intéressante , estime Joël Poilvache. On s’attend à ce que le marché du recrutement, qui est encore assez calme, reprenne. Je crois qu’on va assister à un décalage entre les offres des entreprises et les attentes des candidats. La reprise économique qu’on espère et l’engagement de nouveaux collaborateurs qui s’en suivra va encore accentuer cette guerre des talents. Les collaborateurs compétents, qui souhaitent changer d’employeur aujourd’hui mais hésitent à le faire, se tourneront vers les meilleures offres. L’enquête montre que 79% des sondés craignent de perdre leurs meilleurs éléments. Ils ont raison de le craindre si le marché reprend." Solange Berger

Sur le même sujet