Wantiez: "Je pense que Didier Bellens a commis une faute grave"

Claude Wantiez, avocat et professeur d'université, analyse l' "affaire Bellens" en exclusivité pour La Libre.

Frederic Chardon
Wantiez: "Je pense que Didier Bellens a commis une faute grave"
©BELGA

Claude Wantiez est l'une des grandes références en matière de droit du travail, avocat et professeur d'université. Il a analysé pour La Libre le cas de Didier Bellens. Et son avis est bien tranché. 

"Je n'ai pas connaissance du contrat de Didier Bellens mais, que l'on soit employé ou indépendant, il est toujours possible pour un employeur de mettre fin à des fonctions avant terme. Qu'il s'agisse d'un contrat à durée indéterminée ou bien déterminée. Est-ce que la faute grave peut être établie ? Il n'y a pas de jurisprudence et ça se résoudra de toute manière au tribunal. Soit le tribunal concluera que les faits sont en effet graves et, dans ce cas, Didier Bellens n'aura pas droit à son indemnité de départ. Soit le tribunal conclut que la gravité des faits ne peut pas être établie et, alors, il aura droit à son indemnité. Y a-t-il faute grave ? Ce n'est pas la première fois qu'il se livre en public à ce genre d'observations telles que ses propos tenus sur le Premier ministre. Il a déjà fait par le passé à plusieurs reprises de l'esclandre concernant son actionnaire principal. Ici, il s'est livré à des propos ironiques sur Elio Di Rupo en public. Ce n'est pas comme s'il avait dit cela devant son conseil d'administration. Dans ce cas, c'est bien son droit d'administrateur-délégué. Je pense donc que la faute grave pourra être établie. Il a l'habitude de répondre au monde politique avec une certaine hauteur…"


Sur le même sujet