Ice-Watch se met à l’heure de l’Ice-Phone

La marque belge de montres trouve une nouvelle déclinaison. Découverte courant mars.

C.M.
Ice-Watch se met à l’heure de l’Ice-Phone
©D.R.

La marque belge de montres de couleurs vives, conçues à Bastogne, se déclinera désormais en téléphones portables et tablettes. Tout aussi colorés, et faisant pareillement la part belle au plastique et au silicone, les "Ice-Mini", "Ice-Forever" et "Ice-Tablet", soit des smartphones en deux formats et une tablette, sortiront courant mars prochain en magasins. Pas dans ceux labellisés Ice-Watch, mais dans les quelques milliers de points de vente (70 pays) qui se fournissent auprès de la société française CGMobile. 

Jean-Pierre Lutgen, patron de Ice-Watch, par ailleurs frère du président du CDH, a en effet cédé la licence pour ce type de produits à Mobicaze, filiale de CGMobile, qui se présente comme le leader mondial de l’accessoire sous licence. Celle-ci en était d’ailleurs tellement fière que c’est à l’avant-plan de son stand au Mapic (Marché professionnel de l’implantation commerciale, Cannes, 13-15 novembre) qu’elle exhibait ses téléphones aux coques colorées. Devant ses autres produits sous licence signés BMW, Mini, Ferrari, Guess, Karl Lagerfeld… "Nous avons dessiné les Ice-Mini, Ice-Forever et Ice-Tablet avec Ice-Watch, mais c’est nous qui les fabriquons et les commercialisons", indique Nathan Zettoun, COO de Mobicaze. 

Les prototypes pourraient être légèrement modifiés, mais l’écran d’accueil figurera bien… une montre. "Nous pratiquons la même stratégie et les mêmes codes que la marque d’origine, soit une entrée de gamme design." Les prix conseillés sont, dans l’ordre, 100, 150 et 200 euros. Si Mobicaze était au Mapic, c’est aussi qu’il s’est décidé à compléter son circuit de distribution. A ses nombreux distributeurs, il confie le circuit traditionnel (boutiques de téléphonie, magasins d’informatique…), se réservant désormais les outlets (magasins d’usine) et les zones commerciales dans les aéroports et gares. Trois formats sont prévus (corners de 12 m², kiosques et boutiques de 80 m²), pour "un écrin qui nous est propre, divisé par univers de marques, ajoute Nathan Zettoun. Nous serons… le Sephora de l’accessoire." Le premier point de vente en propre ouvrira le 4 décembre, dans l’outlet "Advantail" près de Versailles.