Traité budgétaire européen : le parlement bruxellois devrait se prononcer vendredi

Comme ceux des entités francophones, le parlement bruxellois doit encore se prononcer sur le traité budgétaire européen. Il devrait le faire vendredi, selon un scénario qui circule actuellement dans le couloirs de l'assemblée bruxelloise, censée avoir clôturé ses travaux d'avant-vacances, vendredi dernier.

Belga
Traité budgétaire européen : le parlement bruxellois devrait se prononcer vendredi
©BELGA

Comme ceux des entités francophones, le parlement bruxellois doit encore se prononcer sur le traité budgétaire européen. Il devrait le faire vendredi, selon un scénario qui circule actuellement dans le couloirs de l'assemblée bruxelloise, censée avoir clôturé ses travaux d'avant-vacances, vendredi dernier.

Cette situation a eu le don de particulièrement irriter le chef de file de l'opposition FDF Didier Gosuin, pour qui les cinq entités qui doivent encore le ratifier sont "la risée de l'Europe". Adopté en février 2012 au niveau européen, le Traité budgétaire contraint les pays signataires à l'équilibre budgétaire et impose une réduction linéaire de leur dette publique à 60% du PIB.

Celui-ci est toutefois dénoncé depuis des mois par plusieurs voix à gauche ainsi que les syndicats, lesquels redoutent un renforcement des politiques d'austérité partout en Europe, au détriment des plus faibles.

La mise en oeuvre du Traité en Belgique a fait fin novembre l'objet d'un accord de coopération au sein du comité de concertation, balisant notamment le mode de répartition des efforts budgétaires.

La majorité flamande, indisposée par certains points de l'accord, n'a accordé son blanc-seing que vendredi dernier seulement, retardant ainsi l'examen des différents textes par le Conseil d'État, dont les avis ne seront connus que jeudi soir, ce qui contraindra, les parlements wallon et de la fédération Wallonie-Bruxelles jouer les prolongations, invoque-t-on dans les rangs de la majorité olivier, dans les entités francophones.

Idem à Bruxelles. La CoCof entamera son débat budgétaire jeudi, histoire de maintenir ouverte, la possibilité pour le parlement bruxellois de se réunir en séance extraordinaire vendredi après-midi.

"Agir comme cela n'est vraiment pas professionnel. C'est de la cornichonnerie dans le chef de la majorité", a déploré Didier Gosuin.

Pour lui, les textes auraient déjà pu être envoyés au Conseil d'Etat, mais la majorité a "cafouillé" notamment en raison des états d'âme écologistes, a-t-il ajouté.

"Ecolo n'aime pas le jambon-beurre, donc on change l'emballage, mais pas le sandwich. Mais final, il votera quand même en faveur du texte", a-t-il conclu.