Cloquet : "Brussels Airport doit s’attendre à des recours"

Jean-Jacques Cloquet, le patron de l’aéroport de Charleroi (BSCA), réagit au plan de "soutien" de 20 millions d’euros aux compagnies belges. Le patron de BSCA évoque une aide "discriminatoire".

Meulders Raphaèl
Cloquet : "Brussels Airport doit s’attendre à des recours"
©Christophe Bortels

Jean-Jacques Cloquet, le patron de l’aéroport de Charleroi (BSCA), réagit au plan de "soutien" de 20 millions d’euros aux compagnies belges. Pour rappel, les compagnies ayant transporté plus de 400 000 passagers en 2012 ne paieront plus de frais de sûreté à l’aéroport de Bruxelles-National durant les prochaines années. Trois compagnies sont concernées (Brussels Airlines, Jetairfly et Thomas Cook). Elles sont toutes belges.

Que pensez-vous de ce plan ?

Il est assez surprenant ! L’Etat fédéral applique ce que la Région wallonne a toujours fait et qui a toujours été critiqué. Je me pose des questions sur ce seuil de 400 000 passagers et d’autant plus si les chiffres sont figés sur l’année 2012. A Charleroi, nous ne pratiquons pas ce type de discrimination. Bon amusement pour les recours ! Une telle mesure, c’est la porte ouverte à des actions venant d’autres compagnies.

Vous pensez que des compagnies vont porter plainte ?

Il y a beaucoup de chances et Brussels Airport doit s’y attendre. La concurrence s’annonce acharnée à Zaventem sur certaines destinations : il est logique que les compagnies qui n’ont pas les mêmes avantages réagissent. Pourquoi certaines d’entre elles devraient payer la sûreté des autres ? D’après la loi européenne, il ne peut y avoir de discrimination, non ?

Donc, cette mesure est discriminatoire ?

Attention, la décision a été prise essentiellement pour aider Brussels Airlines, et c’est important pour l’emploi belge. Mais je serais à la place de pas mal de compagnies, je me poserais des questions. Comment vont réagir Easyjet, Vueling, Ryanair, Alitalia ? Des compagnies opérant du même aéroport vers les mêmes destinations auront des tarifs de sûreté différents. J’ai un problème de compréhension. Mais bon, il y a peut-être une formule magique qui règle cela au niveau européen et qui m’échappe.

Cette mesure rend aussi l’aéroport de Bruxelles-National plus compétitif. Craignez-vous la perte de passagers à Charleroi ?

Le grand gagnant de toute cette opération, c’est évidemment l’aéroport de Bruxelles-National et ses passagers. On nous a accusé de concurrence déloyale et l’Etat fait désormais la même chose... J’espère que Brussels Airport ne viendra plus se plaindre et retirera les actions en cours à notre encontre auprès de la Commission. Donc, oui, je me réjouis. C’est une bonne nouvelle : ces plaintes vont enfin être retirées. Quant à l’impact sur les voyageurs, c’est surtout le déplacement de certaines activités de Ryanair vers Zaventem qui va nous coûter des passagers. La compagie irlandaise va déplacer 3 avions basés à Charleroi vers Zaventem, réduire pas mal de fréquences comme Rome, Malaga ou Alicante qu’elle propose aussi à Zaventem, et supprimer 3 ou 4 lignes. On a mesuré l’impact "maximaliste" et on pourrait perdre 900 000 passagers en 2014. Au grand maximum.

Craignez-vous un impact pour l’emploi à Charleroi ?

On a toujours joué la politique de la flexibilité avec nos partenaires sociaux. Le personnel ne sera donc pas touché, même s’il y aura moins d’engagements temporaires durant l’été. On est en contact avec pas mal de compagnies mais, malheureusement, beaucoup d’entre elles ont déjà leur programme d’été. On ne peut pas faire de miracles : il y aura une perte importante de passagers en 2014. Mais 2015 va être meilleure. Ryanair nous a affirmé que Charleroi restait sa meilleure base et qu’elle continuerait ses développements dès que sa commande d’avions arrivera (fin 2014). On verra l’attitude de la compagnie irlandaise dans le futur, mais s’il y a des "trous", je ne vais pas les attendre. Il n’y a pas que Ryanair. Il y a de la place pour d’autres à Charleroi, notamment pour Brussels Airlines.

Vous faites un nouvel appel du pied à la compagnie belge ?

Je ne m’en suis jamais caché, on discute souvent avec Brussels Airlines. Je suis très conscient que la compagnie travaille sur du "connecting" (NdlR : via réseau), mais je pense qu’il y a aussi du potentiel à faire du "point à point" depuis Charleroi sur certaines destinations, comme Genève ou Berlin. Je ne vais pas faire la stratégie de Brussels Airlines, mais je pense que c’est une bonne occasion pour eux de rebondir, d’être proactif dans ce domaine là. Pour moi, ils peuvent ajouter une nouvelle offre depuis Charleroi, complèmentaire à celle de Zaventem.