L’électricité sera bien progressive

Pour un ménage moyen, l’opération sera légèrement positive, voire négative.

Laurent Lambrecht

Après l’accord sur "Qualiwatt", Jean-Marc Nollet, le ministre wallon de l’Energie (Ecolo), est parvenu à un nouveau compromis dans le dossier énergétique. Les membres du gouvernement wallon se sont finalement mis d’accord sur le projet de tarification progressive de l’électricité. L’objectif : rendre plus chère l’électricité pour les gros consommateurs à partir de 2015. Depuis la première version du projet, pas mal de modifications ont été apportées, complexifiant et augmentant le coût de sa mise en œuvre. 64 % des ménages wallons sont censés bénéficier de la mesure.

Il restait encore au gouvernement à se mettre d’accord sur le sort des logements collectifs ne disposant pas de compteur individuel : ceux-ci resteront finalement en dehors du système. L’Olivier laisse dix ans aux propriétaires pour se mettre en ordre, avec une obligation d’installer des compteurs individuels en cas de travaux. Comme prévu, les propriétaires de pompes à chaleur et de chauffages électriques sont exclus du système pour éviter de les pénaliser.

La quantité d’électricité "offerte" sera de 400 à 800 KWh en fonction de la taille du ménage : 400 KWh pour une personne isolée, 500 KWh pour les ménages de 2 à 3 personnes, 600 KWh pour les ménages de 4 personnes, 700 KWh pour les ménages de 5 à 6 personnes et 800 KWh pour les ménages de 7 personnes et plus. Enfin, les bénéficiaires du tarif social recevront 800 KWh.

La mesure étant neutre budgétairement, ce sont les consommateurs qui financent l’électricité "offerte". Pour un ménage de 2 ou 3 personnes, le point d’équilibre se situe environ à une consommation de 3 200 KWh. En dessous, on y gagne, au-dessus on y perd.

Pour une consommation moyenne de 3 500 KWh, la cotisation s’élèvera environ à 95 euros si le ménage compte 2 ou 3 personnes. En revanche, l’électricité "offerte" représente pour ce même ménage un gain de 87 euros, ce qui donne un déficit de 8 euros. Plus le ménage est grand, plus la quantité d’électricité offerte est importante, ce qui rend le mécanisme plus intéressant.

Le régulateur wallon de l’énergie, la CWaPE, proposait un système plus simple et moins coûteux à mettre en œuvre. Il s’agissait d’offrir 120 euros à tout le monde et de faire contribuer tous les ménages avec une cotisation de 24 euros par tranche de 1 000 KWh consommés. Dans ce système, le point d’équilibre entre les gagnants et les perdants du système se situait plutôt aux alentours des 5 000 KWh.Laurent Lambrecht