Vueling n’attaquera pas l’Etat

Contrairement à Ryanair, la compagnie ne portera pas plainte contre le plan d’aide belge.

Raphaèl Meulders
- VUELING : Cp sur la stratégie d'expansion de la compagnie aérienne et sur l'ouverture de 7 nouvelles lignes directes depuis Brussels Airport - Persconf. van VUELING: opening van 7 nieuwe lijnen vanaf Brussels Airport * Julio Rodriguez - Wim Melis 16/6/2014 pict. by Christophe Licoppe © Photo News
- VUELING : Cp sur la stratégie d'expansion de la compagnie aérienne et sur l'ouverture de 7 nouvelles lignes directes depuis Brussels Airport - Persconf. van VUELING: opening van 7 nieuwe lijnen vanaf Brussels Airport * Julio Rodriguez - Wim Melis 16/6/2014 pict. by Christophe Licoppe © Photo News ©Photo News

Contrairement à Ryanair, la compagnie ne portera pas plainte contre le plan d’aide belge.

Depuis plusieurs semaines, on se bouscule au portillon de l’aéroport de Bruxelles National. Spécialement dans le segment du low cost. Après l’arrivée de Ryanair, c’est au tour de la compagnie espagnole Vueling d’annoncer une très forte expansion à Zaventem. Au point de vouloir créer à Bruxelles un troisième "hub" (plaque tournante) en Europe, après Barcelone et Rome. "Nous sommes là pour rester et pour grandir à Bruxelles", explique Julio Rodriguez, le responsable commercial de la compagnie, de passage à Bruxelles.

Zaventem a ainsi été pointé comme "prioritaire" sur la carte des stratèges de Vueling, au même plan qu’Amsterdam et Paris. "Oui, Bruxelles pourrait devenir un de nos ‘hubs’, poursuit M. Rodriguez. Peut-être en 2016. Cela dépendra des réponses de nos clients. Mais cela peut aller très vite, comme à Rome où nous proposons désormais 33 destinations directes".

A ce jour, la compagnie espagnole en est à 11 destinations directes depuis Zaventem auxquelles il faut ajouter trois nouvelles destinations temporaires pour les vacances de Toussaint (Prague, Florence et Catane en Sicile). "L ’idée est de tester le marché. Ces destinations pourraient être prolongées si cela fonctionne", poursuit Julio Rodriguez.

Vueling veut s’implanter durablement sur le marché belge et elle y a mis les moyens en "chipant" à Brussels Airlines l’un de ses top managers, à savoir Wim Melis, 48 ans, qui deviendra le responsable du marché au Benelux.

Malgré la concurrence accrue à Bruxelles, Vueling affiche de très bons résultats en termes de passagers depuis Zaventem (taux de remplissage de 85 % à Pâques). tout comme Ryaniar, Jetairfly ou Brussels Airlines. "Le gâteau est devenu plus gros, un nouveau marché s’est créé autour de Bruxelles", nous expliquait ainsi Arnaud Feist, le patron de l’aéroport national. Reste à voir si les compagnies arriveront à tenir encore longtemps cette guerre des prix qu’elles se sont lancée. Car si les avions sont remplis à bas prix, la rentabilité devient un autre défi. Pour Wim Melis, il y a toutefois encore des poches de croissance pour l’aérien. "On arrive, par exemple, à attirer beaucoup de Belges qui avaient l’habitude de partir en car jusqu’à Alicante."

Reste qu’une guerre plus larvée existe aussi entre les compagnies présentes sur le tarmac de Brussels Airport. Ryanair et une autre compagnie ont ainsi porté plainte contre le plan d’aide de l’Etat belge visant à soulager les compagnies nationales (Brussels Airlines, Jetairfly et Thomas Cook) à Zaventem. Vueling dit ne pas vouloir rentrer dans ce jeu. "Nous n’avons pas porté plainte, et nous ne le ferons probablement pas, explique Julio Rodriguez. Nous avons de bonnes relations avec la direction de l’aéroport et nous voulons que cela continue. Nous sommes ainsi conscients que Brussels Airlines est le principal client de l’aéroport".

Donc, si le combat ne se fera pas devant les instances européennes, une guerre commerciale, "la plus saine possible", est lancée. A ce jeu, les petites piques sont permises côté espagnol, surtout envers l’un des gros concurrents à Zaventem. "Ryanair ? On les connaît bien, vu que nous sommes en concurrence dans la plupart des aéroports. Nous n’avons pas la même clientèle qu’eux. Certaines compagnies pensent que le client n’est pas important, pour nous il l’est."

>>> Trois nouvelles destinations temporaires au départ de Bruxelles

La compagnie aérienne à bas coûts Vueling ouvrira trois nouvelles destinations au départ de Bruxelles, uniquement pour les vacances de la Toussaint: Prague, Catane et Florence.

La compagnie espagnole, qui fête ses 10 ans cette année, a considérablement étendu ses activités à Bruxelles. Elle s'attend à doubler en un an le nombre de ses passagers à Brussels Airport pour le porter à quelque 2,5 millions de personnes en 2014, selon son responsable commercial, Julio Rodriguez. Au printemps, la compagnie ouvrait sept nouvelles lignes au départ de la capitale belge, portant le total à 11 connexions directes. Lundi, la société a présenté à la presse, outre ses trois nouvelles liaisons pour les vacances de Toussaint, l'une vers Prague et les deux autres vers l'Italie (Florence et Catane), son nouveau responsable des activités pour le Benelux, Wim Melis. Le développement des activités de la compagnie espagnole à Bruxelles a en effet justifié la nomination d'un Country manager, le cinquième pour la compagnie après l'Espagne, l'Italie, la France et l'Allemagne. Wim Melis, 48 ans, est passé par Scandinavian Airlines, British Airways et Brussels Airlines avant d'être appelé par Vueling à "soutenir les activités" de la compagnie à Brussels Airport et à Schiphol. Vueling compte deux hubs (Barcelone et Rome) et est présente dans une vingtaine d'aéroports dont Paris, Amsterdam et Bruxelles sont les plus importants après les deux bases méditerranéennes. La compagnie, qui détient 36% de parts de marché à l'aéroport de Barcelone, a vu sa flotte augmenter de 52 appareils en quatre ans. Elle dispose actuellement de 90 Airbus. Quant au nombre de passagers transportés, à 44% une clientèle d'affaires, la compagnie qui se définit comme une "premium low cost" espère franchir le cap des 20 millions cette année après avoir enregistré une croissance de 16% entre 2012 et 2013. (Belga)