Unis pour sauver la poire belge

Colruyt, Delhaize ou encore Makro ont décidé de faire vibrer leur fibre patriotique. Et de rappeler qu’ils sont de "bons Belges". L’embargo russe sur les importations de denrées alimentaires européennes fragilise notamment les producteurs de poires.

Olivier Standaert
TOPSHOTS Lithuanian people take selfies as they eat Polish apples in front of the Russian Embassy in Vilnius, Lithuania on August 1, 2014, showing support for Poland, on the day from when Russia restricts apple imports from Poland. AFP PHOTO / PETRAS MALUKAS
TOPSHOTS Lithuanian people take selfies as they eat Polish apples in front of the Russian Embassy in Vilnius, Lithuania on August 1, 2014, showing support for Poland, on the day from when Russia restricts apple imports from Poland. AFP PHOTO / PETRAS MALUKAS ©AFP

En cas de succès, des actions similaires pourraient être organisées pour d’autres produits belges...

Colruyt, Delhaize ou encore Makro ont décidé de faire vibrer leur fibre patriotique. Et de rappeler qu’ils sont de "bons Belges". L’embargo russe sur les importations de denrées alimentaires européennes fragilise notamment les producteurs de poires. Les trois enseignes, chacune à leur façon, donnent un coup de pouce au secteur et se positionnent par la même occasion au cœur d’un dossier abondamment relayé par les médias. Colruyt a annoncé mardi l’achat, à la criée, de quelque 160 tonnes de poires belges afin de "donner un coup de pouce aux ventes de poires Conférence belges". Elles seront livrées dans 550 points de vente du groupe. Le groupe compte doubler ses ventes hebdomadaires. En cas de succès, des actions similaires pourraient être organisées pour d’autres produits belges, précise encore le distributeur. Colruyt en profite pour rappeler que sa fibre belge n’est pas née avec les sanctions russes. En 2013, 95 % des poires vendues par les enseignes du groupe étaient d’origine belge.

Le son de cloche est similaire chez Delhaize, dont la communication insiste elle aussi sur l’origine locale de certains de ses produits. "Privilégier les produits belges, ça fait du bien à tout le monde", proclame l’enseigne. L’action ne tombe pas dans le politique (et ne mentionne donc pas la situation actuelle) mais elle s’inscrit dans un effet d’aubaine pour la fibre belge de l’enseigne au lion.

Makro, de son côté, a profité de la crise de la poire pour rappeler qu’en cette période de l’année, "la part de produits locaux dans le rayon fruits et légumes de Makro dépasse les 50 %". Les clients de ses supermarchés reçoivent actuellement une poire gratuite en passant à la caisse.