Le Zara japonais va débarquer à Anvers

Cela fait 3 ans que l’enseigne Uniqlo veut s’implanter en Belgique. Elle cherche aussi à Bruxelles.

Charlotte Mikolajczak
Le Zara japonais va débarquer à Anvers
©Reporters

Cela fait 3 ans que l’enseigne Uniqlo veut s’implanter en Belgique. Elle cherche aussi à Bruxelles.

Au Japon, pays natal d’Uniqlo, l’enseigne est un peu le H&M ou le Zara local. Si pas au niveau des articles proposés - qui sont supérieurs d’un ou deux crans en matière de style, de mode et de… prix -, assurément en rayonnement et en taux de pénétration. Le nombre de points de vente nippons caracole en effet à plus de 860 ! C’est bien plus que dans le reste du monde qui abrite environ 600 magasins, situés avant tout en Asie et dans le Pacifique (Chine, Hong Kong, Macao, Indonésie, Corée, Malaisie, Philippines, Singapour, Taiwan, Australie) et aux Etats-Unis. En Europe, parce qu’elle y a entrepris tardivement son voyage (2003) et qu’elle s’y décline encore en de rares exemplaires (dix à Londres et en banlieue, six en France dont un seul en province, à Marseille, deux en Russie et un en Allemagne), Uniqlo conserve un petit côté exclusif attractif.

Devenir plus internationale que nationale

Partout, l’enseigne est attendue avec fièvre. En Belgique aussi. Malgré sa petite taille, le pays fait sans surprise partie de ses plans d’expansion. C’est que Bruxelles comme Anvers sont devenues des places commerciales fortes sur le plan international. Mais surtout qu’Uniqlo a pour objectif de renverser la vapeur et d’être, d’ici fin 2015, plus internationale que nationale en nombre de magasins. Pour tenir ce rythme, aucun pays ne peut être d’emblée écarté.

C’est de France que l’invasion d’Uniqlo en Belgique s’opère. Invasion est toutefois un bien grand mot. Deux ou trois magasins suffiront, dit-on. Dont un à Anvers et un à Bruxelles.

Cela fait trois ans déjà que l’enseigne y cherche des emplacements. Péniblement. Elle aurait toutefois trouvé son adresse anversoise : le 67-69 du Meir, occupé actuellement par l’enseigne New Yorker. Des permis ont été déposés (socio-économique et d’urbanisme), car le bâtiment sera profondément rénové. Si c’est à l’image de ce qu’Uniqlo a réalisé dernièrement dans le Marais parisien, l’événement sera aussi architectural que commercial.

L’information n’a pas été confirmée par les principaux concernés, ni Uniqlo, ni Cushman&Wakefield, le courtier qui lui a trouvé l’emplacement. Le deal serait signé, mais avec tant de conditions suspensives qu’ils ne veulent pas en parler. Par contre, leurs concurrents ne s’en privent pas. Ils ont d’ailleurs déjà noté l’opération dans les tablettes qui serviront à concocter leurs bilans de fin d’année. Et racontent que c’est le hasard qui a bien fait les choses, New Yorker ayant… oublié de renouveler son bail. Rumeurs ? Peut-être. Mais pas en ce qui concerne l’emplacement. Quant à la date d’ouverture, rien ne filtre. Les permis n’ont pas encore été obtenus et les travaux n’ont pas encore commencé. Mais dans l’immobilier commercial, cela peut aller vite.