L’homme qui a gagné un bon milliard

Marc Coucke a revendu Omega Pharma, qu’il avait fondée en 1987 avec 7 500 euros.

L’homme qui a gagné un bon milliard
©Belga
Patrick Dath-Delcambe

Mise de départ : 300 000 francs belges, soit à peine 7 500 euros, investis en partenariat avec Yvan Vindevogel, son pote du temps de ses études universitaires en pharmacie.

Bénéfice après la vente au groupe américain Perrigo de la société pharmaceutique Omega Pharma fondée en 1987 : 1,45 milliard d’euros, net d’impôts, sans pour autant devoir recourir à l’une ou l’autre ficelle fiscale concoctée dans un pays voisin. Ce 1,45 milliard représente en effet une plus-value, et les plus-values ne sont pas taxées en Belgique.

De quoi, en tout cas, permettre à Marc Coucke de s’installer confortablement dans le club huppé des milliardaires belges.

A l’instar d’un Bill Gates qui a bidouillé ses premiers logiciels dans le garage de ses parents, Marc Coucke et Yvan Vindevogel ont également pris possession d’un garage pour faire leurs premières armes. Là, ils fabriquent du shampooing, qu’ils vendent en pharmacie. Le business se développe à une vitesse fulgurante.

La "dream team" va toutefois se séparer en 1994. Les deux hommes ont effet des vues divergentes sur l’avenir : l’un voulait accepter l’offre de rachat d’Omega Pharma pour 200 millions de francs belges (environ 5 millions d’euros) par une société néerlandaise, l’autre non.

L’autre, c’est bien entendu Marc Coucke qui entend poursuivre sur sa lancée. Quatre ans plus tard, Omega Pharma pose un nouveau pas dans son développement avec l’introduction en Bourse de la société installée à Nazareth. L’argent récolté lui permettra au fil des années de devenir une véritable multinationale pharmaceutique, alors que les seuls pharmaciens belges avaient été ses premiers clients. Début 2012, la société Couckinvest devenait seule propriétaire d’Omega Pharma, après le rachat de 91,32 % des actions.

La vente d’Omega Pharma était dans l’air depuis un certain temps. Elle s’est concrétisée jeudi : elle a été rachetée pour 4,6 milliards d’euros, ce qui laisse donc un joli bénéfice personnel de 1,45 milliard pour Marc Coucke.

"Nous jouions dans la Champions League; désormais, nous allons jouer la Coupe", a-t-il commenté vendredi, tout en assurant que cette transaction était une opportunité pour Omega Pharma. "L’emploi va augmenter chez Omega et il ne faudra pas attendre longtemps avant de développer le site de Nazareth" , a-t-il encore assuré.

Investissements dans le foot

A 49 ans, Marc Coucke ne va pas pour autant prendre une préretraite somme toute méritée. D’une part, il va siéger au comité de direction de Perrigo, une entreprise américano-israélienne du secteur pharmaceutique fabricant des génériques fondée un siècle plus tôt qu’Omega Pharma.

Et puis, Marc Coucke a de quoi s’occuper. Après avoir investi dans le cyclisme - il a soutenu plusieurs équipes -, ce natif de Gand se passionne désormais pour le football. A l’été 2013, il devenait le principal actionnaire du club d’Ostende. Voilà quelques semaines, il mettait cette fois le cap sur Lille, devenant l’un des principaux actionnaires du club de Divock Origi.