En 2015, Caterpillar Gosselies joue sa survie

En 2011, chez Caterpillar à Gosselies, un accord a porté sur la suppression de 1 400 emplois et 150 millions d’euros d’investissements. Trois ans plus tard, c’est comme une nouvelle usine qui sort de terre. Pour regagner sa compétitivité sur le marché européen, l’usine travaille tant sur son organisation que sur sa spécialisation.

Entretien et reportage>Dominique Simonet
Nicolas Polutnik, patron de Caterpillar Gosselies, n’y va pas par quatre chemins : "On a fait la "Une" du fait de notre restructuration, mais ce que nous essayons de faire, c’est préserver, à Charleroi, un ensemble industriel de plus de deux mille personnes, alliance unique de métiers traditionnels et de haute technologie." Alors que de nombreux...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité