Non, l'industriel français Martin Bouygues n'est pas mort: les dessous d'une énorme bourde

En début d'après-midi samedi, l'Agence France-Presse annonçait pourtant son décès. La chaîne TF1, qui dépend du groupe Bouygues, a ensuite démenti la nouvelle. A l'origine de ce dramatique quiproquo: une improbable confusion... de noms et prénoms!

Rédaction en ligne
Non, l'industriel français Martin Bouygues n'est pas mort: les dessous d'une énorme bourde
©AFP

La course de l'information prend parfois des rythmes difficilement maîtrisables. Cette fois-ci, c'est l'industriel Martin Bouygues, 62 ans et PDG du groupe du même nom, qui en a fait les frais. A 14h27, une alerte de l'Agence France-Presse tombe sur le fil de tous les médias: "Martin Bouygues est décédé samedi matin dans sa résidence de l'Orne (mairie)".


Dans la foulée, de nombreux sites d'informations, dont le nôtre, reprennent la nouvelle et diffusent à leur tour une alerte à leurs abonnés. Aussitôt, l'AFP étoffe ses dépêches, cite des détails: "Les pompiers ont indiqué être intervenus à La Roche Mabile pour un décès, sans identifier la victime. Le maire de la commune voisine a indiqué qu'il s'agissait de l'industriel." 

Même le site internet de la chaîne d'informations LCI, propriété du groupe de Martin Bouygues, publie le texte.

Non, l'industriel français Martin Bouygues n'est pas mort: les dessous d'une énorme bourde
©D.R./Montage LLB

Et puis, à 14h57, un tweet de LCI vient tout renverser:

Un message bien vite renforcé par un autre citant la journaliste Catherine Nayl, directrice de l'information chez TF1.


Pas le bon Martin

Encore plus fort, l'industriel ne se trouvait même pas là où on annonçait qu'il était mort!

A l'origine de ce quiproquo, on trouverait une confusion... de noms et de prénoms. Contacté par France TV info, le maire cité par l'AFP explique qu'il s'agit d'un malentendu avec l'agence. "Il y a bien un monsieur Martin qui est mort ce matin, mais ce n'est pas Martin Bouygues. Le journaliste m'a parlé de cette mort et j'ai confirmé que Monsieur Martin était décédé."

Sur les réseaux, l'AFP, à l'origine du plus beau "fail" (comprenez "une erreur") de ce début 2015, est l'objet de toutes les plaisanteries. L'agence, qui a présenté ses excuses pour cette "terrible erreur", précise qu'une "enquête est en cours au sein de [sa] rédaction.