Les ventes de Volkswagen affaiblies par le scandale en octobre

La semaine dernière une autre affaire a éclaté, quand Volkswagen a reconnu avoir falsifié les niveaux d'émission de dioxyde de carbone (CO2) de 800.000 autres voitures.

Belga
Les ventes de Volkswagen affaiblies par le scandale en octobre
©AP

Les ventes de l'allemand Volkswagen ont reculé de 3,5% en octobre, un chiffre publié vendredi qui reflète les premiers effets du scandale des moteurs truqués, notamment sur la marque VW, mais aussi la conjoncture difficile sur plusieurs marchés. Le groupe aux 12 marques a vendu 831.300 voitures le mois dernier, 3,5% de moins qu'en octobre 2014, selon un communiqué. VW, la marque la plus importante en volume, a accusé un recul de ses ventes de 5,3% en octobre, à 490.000. "La marque VW vit des temps difficiles", a reconnu dans le communiqué Jürgen Stackmann, membre du directoire de cette filiale. "D'une part nous avons les problématiques du diesel et du CO2, d'autre part la situation tendue sur les marchés mondiaux", a-t-il poursuivi.

Le Brésil et la Russie sont les deux points noirs pour le groupe, sur fond de crise économique.

En Europe de l'Ouest, les ventes de VW affichent un recul de 1,3% après l'arrêt de la vente de plusieurs modèles concernés par l'affaire des moteurs diesel truqués, explique Volkswagen. A l'échelle du groupe dans son ensemble le recul est de 1,2% sur cette région, mais aux Etats-Unis, où le scandale des moteurs truqués a éclaté, les ventes n'en portent pas la trace (+5,7% en octobre).

Entre janvier et octobre, Volkswagen a écoulé 8,26 millions de voitures dans le monde, 1,7% de moins que l'année dernière sur la même période.

Mais le groupe se félicite d'avoir redressé la barre en Chine en octobre, avec une hausse de 1,6% des ventes sur un an. Sur 10 mois le recul reste marqué (-4,5%) sur ce marché, de loin son plus gros.

Volkswagen a avoué en septembre avoir équipé 11 millions de moteurs diesel d'un logiciel truqueur capable de fausser les résultats de tests antipollution. Pendant des années les voitures concernées - des voitures et des utilitaires VW, des Audi, des Skoda et des Seat - ont rejeté dans l'atmosphère beaucoup plus d'oxydes d'azote (Nox) nocif pour la santé qu'autorisé.

La semaine dernière une autre affaire a éclaté, quand Volkswagen a reconnu avoir falsifié les niveaux d'émission de dioxyde de carbone (CO2) de 800.000 autres voitures.