"La réduction du temps de travail imposée, c’est non"

L’Union wallonne des entreprises tire son bilan 2015 et fait ses prévisions "hyperoptimistes" pour cette année.

Liège : Yves Prete , l ' administrateur délégué de Safran Techspace Aero sera le futur président de l'Union wallonne des Entreprises
Liège : Yves Prete , l ' administrateur délégué de Safran Techspace Aero sera le futur président de l'Union wallonne des Entreprises ©Michel Tonneau
Isabelle Lemaire

L’Union wallonne des entreprises tire son bilan 2015 et fait ses prévisions "hyperoptimistes" pour cette année.

En cette fin du mois de janvier, il n’est pas trop tard pour souhaiter ses vœux pour l’année nouvelle. C’est ce qu’a fait l’Union wallonne des entreprises (UWE) mardi à l’Hôtel du Lac de Genval. Ses affiliés ont été conviés à une réception, avec en invité le ministre-Président wallon Paul Magnette (PS), venu débattre d’économie avec Yves Prete, le président de l’UWE.

Quelques heures avant, c’est en compagnie de la presse qu’Yves Prete et Vincent Reuter, administrateur-délégué de l’UWE, ont tiré leur bilan 2015 et fait leurs prévisions pour 2016. Un bilan "globalement satisfaisant car la croissance estimée du PIB wallon est de plus de 1 %, dans un contexte économique international très favorable". Yves Prete souligne aussi "un chômage en baisse en Wallonie, surtout grâce à une augmentation de création d’emplois par les entreprises privées".

Des fleurs pour les gouvernements

Comment l’UWE juge-t-elle l’action des gouvernements wallon et fédéral en matière de soutien à l’économie et aux entreprises ? Eh bien, elle leur décerne un bon bulletin. "Un grand nombre de mesures prises vont dans un sens positif. Le plan Marshall a été reconduit et renforcé, avec la pertinence et l’opiniâtreté du ministre Marcourt (de l’Economie, NdlR). Il y a aussi le Conseil du numérique, le plan Infrastructures, le plan PME et le tax shift. Tout ceci aide les entreprises et pousse à l’innovation", déclare Yves Prete.

Mais il y a aussi du moins bon. "Il faut améliorer considérablement le climat social car la Wallonie ne fonctionnera pas dans un climat de méfiance." Attention au manque de concertation entre les entités et au contexte international tendu. "La Wallonie, gros exportateur, dépend beaucoup de l’international", rappelle Yves Prete. L’UWE pointe encore des lourdeurs administratives pour les entreprises.

Une prévision de croissance du PIB de 1,7 %

Pour 2016, l’UWE se dit "hyperoptimiste" et prévoit une croissance du PIB wallon de 1,7 %. Le ministre wallon de la Fonction publique, Christophe Lacroix (PS), étudie la faisabilité d’une semaine de 4 jours dans l’administration. Que pense l’UWE de la réduction du temps de travail ? "Ce n’est pas un sujet tabou et il y a des endroits où c’est applicable mais il y a d’autres priorités. Et comment financerait-on cela ?" dit Yves Prete. "Si la mesure est imposée, pour nous, c’est non", lance Vincent Reuter.

Nous avons pu nous entretenir avec Paul Magnette avant la réception. Sur la question de la simplification administrative, le ministre-Président estime que "nous avons pris des mesures drastiques et nous sommes prêts à suivre des propositions précises que nous feraient les entreprises". Quant au manque de concertation entre entités, Paul Magnette répond avec véhémence. "Je suis le premier à le regretter. Les relations avec le fédéral sont inexistantes et nos demandes restent systématiquement lettre morte." Et sur le partage du temps de travail. "Personne n’a jamais dit qu’il serait imposé et s’il est appliqué dans le privé, ce sera en concertation. Il faut pouvoir aborder cette question. La politique de l’autruche du patronat, ça ne va pas."