Piétonnier: Yvan Mayeur tente d’éviter le camouflet, Didier Reynders à la manœuvre

Bruxelles finalise le projet de réaménagement du centre. Le périmètre piéton devrait se réduire le temps du chantier. Le PS et le MR s’entendent pour sortir de la polémique.

Piétonnier: Yvan Mayeur tente d’éviter le camouflet, Didier Reynders à la manœuvre
©Photo News
M. Co.

Bruxelles finalise le projet de réaménagement du centre. Le périmètre piéton devrait se réduire le temps du chantier. Le PS et le MR s’entendent pour sortir de la polémique.


Les libéraux de la Ville de Bruxelles se sont retrouvés en difficulté suite aux multiples polémiques qui ont jalonné la jeune existence du piétonnier bruxellois. Au niveau communal, c’est le MR qui est en charge du Commerce en la personne de l’échevine Marion Lemesre. Els Ampe doit quant à elle s’occuper de la Mobilité sous la bannière de l’Open VLD. A l’intérieur du MR, certains jugeaient l’équipe bruxelloise, et singulièrement l’échevin Alain Courtois, "trop mous" par rapport à Yvan Mayeur.

A l’intérieur du PS, le bourgmestre, avançant façon bulldozer, n’a pas fait que des heureux non plus. Notamment au niveau de la Région bruxelloise où le ministre président Rudi Vervoort n’a pu que constater son faible pouvoir dans un dossier qui impactait pourtant l’ensemble du territoire bruxellois. Une fois de plus, le pouvoir de la Ville semblait supplanter celui de la Région. Dans l’opposition à la Ville mais dans la majorité régionale, CDH et DéFi n’avaient pas manqué d’appeler à la réduction du périmètre d’un piétonnier jugé mégalomaniaque.

Le MR affaibli et Yvan Mayeur critiqué par les oppositions pour son attitude intraitable ont donc trouvé un intérêt commun : sortir du bourbier sans trop de dommages politiques. Les libéraux pouvaient compter sur un allié de poids : Didier Reynders. Le ministre des Affaires étrangères et vice-Premier ministre est également en charge du Fonds Beliris, qui sert, à partir du niveau fédéral, à financer de grands projets d’infrastructure dans la capitale. Reynders, qui est aussi le patron de la régionale bruxelloise du MR, a donc utilisé les 20 millions de Beliris comme levier pour peser dans le débat. "Cela démontre l’extrême faiblesse des échevins libéraux au sein du collège bruxellois puisqu’ils n’ont pu se passer de l’intervention de Didier Reynders pour convaincre Yvan Mayeur", glisse un observateur.

L’annonce d’une réduction même temporaire du piétonnier devrait donner un peu d’oxygène aux libéraux et un peu de temps à Yvan Mayeur qui ne renoncera sans doute pas à son projet initial. Pascal Smet, ministre régional des Travaux publics et partenaire de majorité à la Ville, faisait d’ailleurs remarquer que le permis d’urbanisme du piétonnier restait conforme au projet initial. "La zone piétonne ne sera pas réduite", assurait-il sur Twitter.

Piétonnier: Yvan Mayeur tente d’éviter le camouflet, Didier Reynders à la manœuvre
©IPM



Sur le même sujet