"One Hour Challenge": MARKER

Il y a un an, quatre jeunes donnent naissance à “Marker”. Pour faire simple, il s’agit d’un logiciel “SaaS” destiné à faciliter grandement la vie des “designers” de projets (sites Internet, applications mobiles, etc.) au sein des agences Web. Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".

Pierre-François Lovens
"One Hour Challenge": MARKER
©Alexis Haulot

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session de “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec leur portrait et les avis du coach Ben Piquard, directeur de LeanSquare, et d’experts de BNP Paribas Fortis, Marie-Cécile Van Ecke, directeur général Retail&Private Banking Bruxelles, et Marie-Noëlle Rainchon, directeur Banque des Entrepreneurs Bruxelles.


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".



Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".

Envie de vous inscrire? Cliquez ici!


PORTRAIT de MARKER

Il y a, chez Gary Gaspar, un mélange assez étonnant de décontraction et de détermination. Le privilège de son jeune âge (27 ans), probablement, où rien ne semble impossible, à condition de bosser dur… Diplômé en économie et business international de l’Université de Maastricht, cet entrepreneur dans l’âme baigne dans l’écosystème belge des start-up depuis quatre ans. C’est dans l’une d’elles, WooRank, qu’il croise Christophe Hansen, Emile-Victor Portenart et Olivier Kaisin. En mai 2014, le quatuor décide de fonder Côté Clair, une agence de Web design. “Notre idée, avec cette agence, était de devenir rentable rapidement afin de dégager des ressources financières pour développer nos propres projets” , raconte Gary Gaspar. Bingo ! Il y a un an, ils donnent naissance à “Marker”. Pour faire simple, il s’agit d’un logiciel “SaaS” destiné à faciliter grandement la vie des “designers” de projets (sites Internet, applications mobiles, etc.) au sein des agences Web.

Avec Marker, le Web designer dispose d’un outil standardisé qui lui permet de traquer les “bugs” et d’interagir très rapidement avec son client. “Ça représente un gain de temps considérable dans le processus de création et de production de projets Web.” Le logiciel “made in Brussels” est vite repéré par la société Trello, laquelle a développé un outil de développement de projets en ligne qui connaît un énorme succès (16 millions d’utilisateurs !). En peu de temps, Marker enchaîne les contrats. “Il s’agit, à 90 %, de clients américains”, détaille Gary Gaspar . “Et très majoritairement des agences Web.” Vu le succès commercial de Marker (qui, face à la demande, a pu se permettre de multiplier ses tarifs par cinq), Gary et ses trois partenaires ont décidé d’arrêter les activités de leur agence Côté Clair. L’enjeu, désormais, est d’avoir les ressources financières suffisantes pour accompagner la croissance de leur business. Des négociations sont actuellement menées pour une première levée de fonds relativement modeste. Mais ce ne sera qu’une première étape. A un horizon de 5 à 7 ans, Gary Gaspar table sur un chiffre d’affaires annuel de 5 millions de dollars !


AVIS DU COACH

  • En général:

Patron de “Coté Clair”, une agence digitale bruxelloise qui conçoit des sites Web et applications mobiles, Gary Gaspar a fait face à un challenge : comment échanger, avec ses clients, du feedback sur les développements en cours de manière efficace ? En partant de ce constat, Marker a été créé pour répondre à un véritable besoin du marché. C’est la situation de start-up idéale : partir d’un besoin et le généraliser. Pour rappel, on trouve trois types de start-up : celles qui partent d’un besoin (comme Marker), celles qui partent d’une compétence ou celles qui ont une vision et veulent changer le monde. La topologie permet de définir le chemin idéal que la start-up doit ensuite mettre en œuvre.


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺☺

Business modèle :☺☺☺

Traction client :☺☺☺☺

Finançable :☺☺☺

  • Feedback:
J’apprécie l’idée d’aborder, depuis Bruxelles, un marché mondial, sans complexes, avec des clients présents de Mons à Los Angeles. “Pourquoi aimez-vous la Belgique ?” , demandé-je à Gary Gaspar. Et, lui, de me répondre : “Le coût des développeurs ici est nettement inférieur aux coûts en vigueur aux Etats-Unis.” Voilà un argument intéressant !



AVIS DE L'EXPERT


  • En général:

Gary Gaspar nous a proposé un projet déjà bien abouti : Marker, avec une solution software-as-a-Service (SaaS) qui est déjà en phase de test avec plusieurs agences Web. L’idée est simple, pragmatique et efficace, ce qui en fait sa force. Le fil rouge est bien présent et suivi. Les idées sont là pour continuer à optimaliser la solution. Tout est bien structuré et l’équipe semble bien savoir où elle va. Le plan financier qui nous est présenté, même s’il est en version très simplifiée, est clair et tient la route. Le calcul de rentabilité est très concret. En conclusion, nous aimons le côté pragmatique et abouti du projet. L’équipe semble aussi bien alignée et complémentaire, ce qui est primordial pour la réussite d’un tel projet. Le temps sera le facteur déterminant pour faire de Marker un “best-seller” dans son domaine et éviter qu’un concurrent s’installe à leur place grâce à plus de ressources.


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle :☺☺☺☺

Traction client :☺☺☺☺

Finançable :☺☺☺☺