Bruxelles veut être un acteur bien réel de la réalité virtuelle

La capitale veut occuper la 3e marche du podium européen, après Londres et Berlin.

Bruxelles veut être un acteur bien réel de la réalité virtuelle
Mateusz Kukulka

Ce week-end, à Icab, incubateur consacré au secteur des technologies de l’information et de la communication, situé à Etterbeek, on ne parlait que de VR - pour Virtual Reality, réalité virtuelle -, HTC Vive, Playstation VR, HoloLens, Oculus Rift et autres termes encore peu connus du grand public. Bruxelles, après avoir accueilli le premier VR-Hackathon européen en janvier dernier, organisait la 2e édition de cette formule éprouvée et standardisée sous la houlette d’Impulse Brussels (ex-Agence bruxelloise de l’entreprise). Pas moins de 70 personnes, encadrées par des experts, s’étaient donné rendez-vous pour développer une expérience de réalité virtuelle.

Pour rappel, la réalité virtuelle est une technologie informatique qui reproduit un environnement, réel ou imaginaire, et simule la présence et l’environnement physique d’un utilisateur pour permettre une interaction de l’utilisateur.

Comme les débuts du Web

Un temps assez difficile d’accès, cette technologie devient de plus en plus accessible. "Bruxelles veut se positionner juste après Londres et Berlin, avec une communauté de plus de 1 000 personnes et plus de 40 sociétés actives dans le secteur, souligne Didier Gosuin, ministre bruxellois de l’Economie. Ce hackathon est l’occasion d’éprouver de nouvelles technologies de pointe que la Région entend développer dans le cadre de sa stratégie de développement de l’entrepreneuriat TIC. L’objectif ? Que Bruxelles, demain, se positionne à l’avant-garde du secteur TIC."

Juan Bossicard, directeur de la cellule ICT&Creative Industries chez Impulse, confirme que la VR est une magnifique opportunité pour Bruxelles. "J’aime comparer la VR aux débuts du Web. Au départ, il n’était accessible qu’à une élite. C’est le corporate qui s’est emparé de la technologie pour que petit à petit elle arrive dans le grand public. Au début, la technologie VR était un frein à son développement mais maintenant les entrepreneurs n’ont plus d’excuses : tout est là pour qu’ils développent des idées dans ce secteur."

La VR est un formidable pari sur l’avenir pour cet enthousiaste de la réalité virtuelle. "Tout reste encore à développer dans la VR, ajoute Juan Bossicard. Il n’y a pas encore le Facebook ou le Angry Birds en réalité virtuelle. Dans une période où les moyens ne sont pas extensibles, il est important de sensibiliser le politique sur un secteur qui offre de belles perspectives de croissance."


Assess VR ira à la Silicon Valley

Résultat. Après un peu moins de 48 heures, neuf équipes sur les dix qui avaient été sélectionnées vendredi sont arrivées à présenter un projet à un jury de professionnels. Le 1er prix, le Best VR Start-up of the show a été remporté par Assess VR, un projet qui veut permettre aux entreprises d’évaluer et de recruter plus facilement les talents en les immergeant dans des situations types. Le jury a voté à l’unanimité pour ce projet tant au niveau technique qu’au niveau business. L’équipe gagnante aura la chance d’aller challenger son idée chez Boost VC, dans la Silicon Valley.

Sur le même sujet