Voilà que les Ad-blockers s’adonnent à la pub !

Voilà que les Ad-blockers s’adonnent à la pub !
©DR
Olivier Standaert

Avec plus de 500 millions de téléchargements dans le monde, Adblock Plus est une des solutions de blocage de publicités les plus connues et prisées par les internautes. Créée en 2006 et gérée par la société allemande Eyeo, elle se veut le défenseur d’un Internet plus agréable et "user-friendly". "Evacuer les mauvaises pubs est un bon début" pour ce faire, clame le site de l’entreprise.

Mais personne, pas même Eyeo visiblement, n’est insensible aux attraits de la publicité et des rentrées d’argent qu’elle génère. Comme des milliers d’éditeurs de contenus et d’acteurs du Web, Eyeo semble admettre qu’un business model sans publicité demeure impossible, ou à tout le moins difficilement soutenable. On savait déjà que certains annonceurs pouvaient payer les gestionnaires d’ad-blocking pour figurer dans une "liste blanche" des pubs automatiquement affichées à l’écran (ce qui faussait déjà l’esprit initial de la démarche et la promesse faite à l’internaute). Voilà désormais qu’un pas supplémentaire est franchi : Eyeo a lancé sa propre offre de bannières commerciales. Sa base de contacts, ce sont ses nombreux utilisateurs, donc des individus qui comptent sur lui pour surfer à l’abri des pubs intrusives et gênantes… La situation a de quoi en laisser plus d’un dubitatif.

Mais pas Netflix, qui a sauté sur l’occasion pour promouvoir le lancement de la nouvelle saison de la série "Black Mirror". Les utilisateurs d’AdBlock Plus ont vu s’afficher une bannière de teasing sur leur écran, avec le message suivant : "Hello ad blocker user. You cannot see the ad. But the ad can see you". Cette accroche au relent de Big Brother s’inscrit parfaitement dans l’ADN de la série, qui propose une anticipation (volontiers pessimiste) de ce que les technologies font aux relations et au genre humain.

Pour Netflix, ce type de campagne vers un public au profil jeune et branché sur les technologies digitales est tout à fait cohérent. Pour Eyeo, la maison-mère d’Adblock Plus, le pari semble tout de même plus risqué. Elle va certainement s’attirer les critiques de ses ennemis (et ils sont nombreux). Ses adeptes risquent de ne pas tous apprécier que le défenseur d’un Web sans pub agressive s’adonne lui-même à la pub… Sans surprise, la société a anticipé les critiques : toute annonce relayée par Adblock Plus et diffusée à ses affiliés sera d’abord évaluée et devra répondre aux critères d’une publicité "saine" et pertinente. Bref, on en revient à la case départ : tout le monde a besoin de la pub et chacun fixe les règles qui lui conviennent…