Gouverner le changement

Benoît Octave
paris
©Abilways

Virage. La transformation digitale a bien souvent tendance dans les discours à prendre la forme d’une hydre devant qui tous, entreprises et salariés, devraient trépider.

Pourtant ce virage numérique, les entreprises doivent l’emprunter, tant la mise en œuvre de technologies digitales à tous les niveaux de l’organisation, constitue une opportunité de renforcer sa compétitivité.

Néanmoins, bien que l’importance de la transformation numérique en entreprise soit mesurée par l’ensemble du personnel, seuls 27 % disent maîtriser les outils digitaux, doutent d’ailleurs même de la capacité des services de ressources humaines à encadrer les employés dans les phases de transition numérique, selon une étude réalisée par Abilways Digital en partenariat avec TNS Sofres.

Etre leader de la transformation digitale au sein de son entreprise ne se résume pas en une présence marquée sur les réseaux sociaux mais à plus grande échelle, ce sont les techniques de communication au sein de l’entreprise qui doivent évoluer.

Certes, ces transformations prendront du temps, les problèmes rencontrés au cours de ces processus étant des enjeux inhérents à la vie des entreprises : communication interne, conduite du changement, adaptation aux exigences du client. A la différence près qu’aujourd’hui, on ne peut plus cacher la poussière sous le tapis. Si les objectifs ne sont ni clairement formulés au plus haut niveau dans la hiérarchie de l’entreprise, ni bien relayés ensuite, il est logique que la transformation digitale et ses implications concrètes demeurent floues aux yeux des opérationnels. Même degré d’incertitude quant au leadership de ces projets de mutations numériques : pour que les salariés voient en leurs dirigeants de véritables figures de proue dans le processus de transformation digitale, ceux-ci doivent d’ores et déjà envoyer des signaux forts, montrer qu’ils ont mesuré les enjeux liés à la transformation digitale et aligner des stratégies opérationnelles que les salariés soient en mesure de s’approprier au quotidien.

Les acteurs sont tous d’accord pour affirmer l’importance de la formation. En effet, 89 % des salariés interrogés jugent prioritaires de mener un plan de formation pour que chacun puisse mieux appréhender la transformation digitale. Néanmoins, le niveau d’information à ce sujet est loin d’être perçu de façon homogène, plus de la moitié des acteurs doutant de la capacité des services de ressources humaines à encadrer les employés dans les phases de transition numérique.

Encore trop de collaborateurs pensent que l’entreprise agit mais communique mal sur les actions qu’elle entreprend. Pourtant, ils se sentent concernés puisque près de la moitié d’entre eux pense que le changement va affecter leur propre manière de travailler.