Look & Fin: plus de fonds pour accorder plus de crédits

école
©FLM Kleur
Isabelle de Laminne

Un article d'Isabelle de Laminne, responsable du blog économique MoneyStore.

La FinTech belge Look & Fin vient de clôturer avec succès une levée de fonds de 3 millions d’euros.

Créée en juin 2012, avec comme objectif de lancer un marché obligataire pour les PME non cotées, la plateforme de crowdlending belge Look & Fin a pu mettre en contact des emprunteurs directement avec des prêteurs sans passer par le système bancaire. Grâce à ce crowdlending, ce sont 75 PME qui ont pu bénéficier de prêts pour un total de 15 millions d’euros dont 8 millions d’euros ont été accordés rien que durant l’année 2016.

Souscrits en 4 minutes

Cette plateforme se consacre exclusivement à l’octroi de prêts à court et moyen terme pour des durées de 6 mois à 5 ans et pour des montants entre 100.000 et 500.000 euros. La société belge est active aujourd’hui en France où elle octroie également des prêts aux entreprises. Elle permet également à des prêteurs français, hollandais, luxembourgeois et suisses d’être actifs sur la plateforme. Look & Fin vient de clôturer avec succès une levée de fonds de trois millions d’euros auprès de family offices, de Bruno Van Lierde (ex partenaire dans la firme de consultants BCG) et d’un fonds d’investissement belge. « Depuis sa création, notre société a triplé son volume d’activité chaque année. Nous avons effectué cette levée de fonds pour pouvoir soutenir cette croissance. Nous allons engager à la fois des technico-commerciaux pour mieux nous faire connaître auprès des PME et également engager des analystes crédits pour pouvoir assurer une croissance des prêts avec les mêmes critères de qualité que précédemment », explique Frédéric Levy-Morelle, CEO de Look & Fin. La société entend ainsi faire passer ses effectifs de 8 à 30 personnes.

Le principal défi de cette plateforme sera de proposer davantage de dossiers aux prêteurs car, pour le moment, elle enregistre plus de prêteurs que d’emprunteurs. Il faudra donc faire connaître davantage la société auprès des PME en Belgique et en France. « En 2016, nous avons collecté en moyenne 250.000 euros par entreprise et ce, en moyenne en … quatre minutes par dossier. Tous nos financements ont été sursouscrits en quelques minutes. Il y a un véritable engouement pour ce type de placements et nous devons pouvoir augmenter le nombre d’investissements tout en maintenant leur qualité », ajoute Frédéric Levy-Morelle. Le taux de défaut moyen du portefeuille est inférieur à 0,8%. Les sommes prêtées par cette plateforme de crowdlending viennent souvent en complément du crédit bancaire. La plateforme prête sans garantie mais à des taux d’intérêt plus élevés que ceux demandés par les banques qui, elles, exigent des garanties.

Pour les prêteurs, le rendement moyen annuel (net de taux de défaut) a été de 8,13%. « En regard du coût de l’emprunt, notre plateforme n’aurait, en principe, pas de raisons d’exister. Nous avons pu réaliser une telle croissance parce que nous ne demandons pas de garanties. Nous sommes souvent le levier qui permet l’octroi de crédit bancaire et nous sommes aussi très réactifs. En 5 jours, l’emprunteur a sa décision de prêt », note Frédéric Levy-Morelle. Grâce à cette levée de fonds de 3 millions d’euros, Look & Fin va pouvoir conforter sa position de leader sur le marché belge du crowdlending et maintenir sa position dans le Top3 en France. Elle va aussi pouvoir renforcer sa présence auprès des prêteurs dans les autres pays. Le développement de Look & Fin démontre le dynamisme dont peut faire preuve notre place financière dans ce domaine. « Depuis notre lancement et surtout récemment, nous avons vu apparaître en Belgique un véritable écosystème dans l’environnement FinTechs, ce qui nous permet de travailler aussi en collaboration avec d’autres acteurs », conclut Frédéric Levy-Morelle.

Sur le même sujet