Deux Belges créent la batterie du futur

Deux Belges créent la batterie du futur
Pierre-François Lovens

"Line Dock" est la première batterie externe, multifonctions, pour ordinateurs portables. Une belle histoire belge. Rencontre.

Ils sont belges tous les deux. Mais c’est à San Francisco, la Mecque des start-up technologiques, qu’ils ont fait connaissance. C’était au printemps 2015 à l’occasion d’un stage à la Belgian Trade Commission soutenu par l’Agence wallonne à l’exportation. "Nous y avons passé trois mois. Notre job consistait à faire la promotion des start-up belges", nous racontent-ils. Nancy de Fays (26 ans) et Quentin Malgaud (28 ans) disent avoir énormément appris de cette expérience californienne. Aujourd’hui, ils vivent du côté de Villers-la-Ville chez les parents de Quentin. Mais ce n’est qu’une étape. "En avril, on part en Chine. Soit à Shenzhen, soit à Hong Kong. C’est là que nous allons poursuivre l’aventure de Line Dock."

Nancy et Quentin incarnent cette nouvelle génération des "Millenials", ces jeunes nés entre le début des années 80 et la fin des années 90. On parle aussi des "digital natives" ou de "génération Y". Le point commun ? Avoir grandi avec Internet.

"Je suis assez geek, confirme Quentin. J’ai toujours aimé réparer toute sorte d’appareils." Ses études d’ingénieur commercial à l’UCL, il ne les a jamais terminées. Trop impatient, il se lance, en 2013, dans un premier projet baptisé Jukup.com (application mobile permettant, lors de soirées, de composer des "playlists" à la demande). Nancy a connu un parcours plus classique. Après un baccalauréat en communication (UCL), elle bifurque vers la microéconomie (KUL). A sa sortie, mi-2015, elle atterrit chez Deloitte Consulting. Elle y restera moins d’un an.

Créer un bel objet… utile

Nancy rejoint alors son homme, lequel planche sur un mystérieux projet. "Mon idée était d’adosser une batterie à mon vieux MacBook pour doper son autonomie . Je voulais aussi que ce soit un bel objet. On est tous les deux très sensibles au design."

Ce qui était au départ un simple passe-temps se mue rapidement en projet de start-up. Au fil des semaines, le duo enrichit la batterie de différentes fonctionnalités (www.linedock.co). "Nous voulions que ce soit une batterie portable pour ordinateur portable, détaillent-ils. Nous y avons ensuite intégré un disque dur, un système de refroidissement, différents types de connectique…"

Une petite parenthèse technique s’impose pour bien comprendre l’innovation de Line Dock. Les ordinateurs portables les plus récents, comme la nouvelle gamme des MacBook, sont dotés d’un câble USB-C. Ce nouveau format, qui sert notamment à recharger un "laptop", est universel en ce sens qu’il intègre plusieurs formats existants (HDMI, DisplayPort, USB, etc.). Fort bien… Sauf que, du jour au lendemain, il n’est plus possible de se connecter par HDMI (vidéo) ou simple clé USB (données), ce qui implique d’acheter des adaptateurs - souvent chers - pour brancher des périphériques à son ordinateur portable.

Le tout-en-un

C’est là que Line Dock trouve tout son intérêt. La batterie intègre en effet un port USB-C, mais aussi tous les adaptateurs classiques (HDMI, USB, MiniDisplay, lecteur de carte SD, etc.), ainsi que quatre ports de chargement sans fil. S’y ajoute, outre le système de refroidissement thermo-électrique, un disque dur ultra-rapide (jusqu’à 1 téraoctet de stockage !) et deux "pieds" de chargement par induction.

Aujourd’hui, le prototype du Line Dock se présente comme une belle "plaque" d’à peine 9 mm d’épaisseur que l’on glisse sous tout type d’ordinateur portable pour le recharger (voir photo ci-dessus). "Le rechargement se fait aussi vite que si on utilise une prise de courant et permet d’augmenter l’autonomie jusqu’à une durée de 15 heures", indique Quentin Malgaud. Inutile de faire un dessin : pour une clientèle nomade (hommes d’affaires, voyageurs, etc.), la valeur ajoutée de Line Dock - vendu à partir de 199 dollars (livraison comprise) - est évidente.

Une récolte de fonds inespérée

Suite à une première levée de fonds dans leur entourage, Nancy et Quentin ont lancé, en novembre dernier, une campagne de financement participatif sur la plateforme américaine Indiegogo. "On avait l’objectif de récolter 50 000 dollars, avec système de précommande et promesse de livraison à partir de juin 2017. Le succès a été incroyable ! Mi-janvier, on a clôturé avec plus de 250 000 dollars !" Des précommandes ont afflué des Etats-Unis et d’Europe, mais aussi, de façon plus inattendue, d’Asie.

Le buzz asiatique de l’innovation "made in Belgium" les a convaincus de mettre le cap sur l’Empire du Milieu pour produire et lancer la commercialisation de Line Dock. "On a un côté têtes brûlées, disent-ils en souriant. On bosse énormément. On connaît des hauts et des bas. Mais on s’amuse !"