Grève bpost: le front commun syndical et la direction aboutissent à un pré-accord

Grève bpost: le front commun syndical et la direction de bpost aboutissent à un pré-accord
©Jean-Luc Flémal

La grève va donc se terminer, après une paralysie quasi totale de l’entreprise depuis le 7 novembre.


Le front commun syndical et la direction de bpost ont annoncé par communiqué lundi, peu avant 21h, qu’ils avaient abouti à “un préaccord concret en vue de rétablir la confiance et donner priorité au bien-être du personnel”. Il intervient après une journée marathon de négociations, en présence du CEO Koen Van Gerven et ponctuée, sur le temps de midi, d’une annonce importante.


Les syndicats avaient en effet accepté de suspendre le mouvement de grève tournante le soir même – avec lundi des arrêts de travail dans les bureaux de poste, le centre d’appel, les services administratifs et dans la levée des boîtes rouges –, grève qui aurait dû s’achever mardi à 22 h avec le service d’acheminement des colis à l’arrêt.


Le préaccord sera présenté ce mardi au personnel


Ce geste témoignait sans aucun doute des avancées dans les négociations qui avaient débuté au premier jour de la grève, mercredi. “Suite à la décision de ce midi de suspendre les actions, les parties ont poursuivi le dialogue entamé et sont arrivées à un préaccord devant rétablir la confiance et répondre aux attentes du personnel en matière de charge de travail. Ceci constitue une base importante pour garantir le bien-être des employés et les plans d’avenir de bpost. Les partenaires sociaux s’engagent à présenter les différentes mesures à leurs délégations respectives dès demain. Les parties se sont également engagées à se revoir à très brève échéance afin de conclure une convention collective de travail pour la période 2019-2020”, ont indiqué syndicats et direction.


Les termes de ce préaccord, qui sera donc soumis ce mardi aux délégués syndicaux, à charge pour eux d’en informer le personnel, ne sont pas encore connus.


Sous-effectif, charge de travail, pénibilité


“C’est un accord que je peux défendre”, déclarait à l’issue de la réunion Marc De Mulder, le patron du syndicat SLFP. “Il contient deux volets, peut-être même un troisième, et le premier comprend des mesures prioritaires.”


Nul doute qu’il s’agit de mesures en faveur de l’embauche et de l’accompagnement des postiers dans les travaux lourds, qui pourraient résoudre les problèmes de sous-effectif, de charge de travail et de pénibilité dénoncés de longue date par les syndicats.


Le permanent syndical signale encore que l’action de grève est suspendue mais pas arrêtée. Les organisations syndicales se réservent le droit de réactiver cette arme si les négociations du deuxième volet n’aboutissent pas ou que les mesures urgentes prises par la direction de bpost ne sont pas réellement appliquées sur le terrain.


Réaction du CEO de bpost
 

Koen Van Gerven, le CEO de bpost a réagi en fin de journée à cette actualité sociale. “Le préaccord contient un grand nombre d'éléments positifs qui peuvent représenter une avancée importante pour le bien-être des employés et pour l'avenir de bpost. Nous sommes prêts à poursuivre le développement de ce préaccord pour aboutir à un plan qui est satisfaisant pour tous les employés. Nous espérons recevoir rapidement un mandat des partenaires sociaux pour y parvenir. J’aimerais maintenant aboutir à des solutions concrètes