À nouveau plus rentable, la Sabca est mise à l’étalage par Dassault

Dassault est actionnaire depuis plus de 50 ans de l’équimentier belge, à hauteur de près de 97 %.

À nouveau plus rentable, la Sabca est mise à l’étalage par Dassault
©Belga
F.M.

Dassault est actionnaire depuis plus de 50 ans de l’équimentier belge, à hauteur de près de 97 %.

Dassault Belgique Aviation, filiale de Dassault, veut vendre la participation (96,85 %) qu’elle détient dans la Sabca, a indiqué la compagnie aérospatiale dans un communiqué mercredi soir. Le groupe français, qui est actionnaire de l’équipementier aérospatial belge “depuis plus de 50 ans”, précise l’entreprise, a fait part de son intention “d’être très attentif au choix d’un repreneur susceptible de garantir dans les meilleures conditions l’avenir industriel de la Sabca”.

Du côté de cette dernière, le CEO Thibauld Jongen précise qu’“aucune incidence n’est anticipée sur les programmes actuels ni sur tous les autres contrats et perspectives. Préserver la continuité de la stratégie, la dynamique industrielle et la transformation de la Sabca sera un élément essentiel dans le choix du futur actionnaire”.

La future mariée est mise à l’étalage après quelques années compliquées et un sérieux “toilettage”. On se souviendra également que quelques tensions sociales avaient émaillé la vie de l’entreprise à la fin de l’an dernier. Finalement, les résultats présentés en ce mois d’avril sont sur la bonne voie.

Un bon cru 2018

L’entreprise a réalisé un bénéfice net de 5,2 millions d’euros en 2018, soit plus du double de celui de 2017. Son chiffre d’affaires a, en revanche, accusé le coup, sur un marché très concurrentiel, à quelque 186 millions d’euros en 2018, contre 216 millions un an plus tôt. “Nous avons beaucoup progressé ces dernières années pour rendre la Sabca à nouveau robuste, profitable et compétitive. Nous resterons d’ailleurs impliqués dans plusieurs programmes majeurs de Dassault, dont l’avion d’affaires F6X”, a précisé Thibauld Jongen.

En mars, les grandes manœuvres avaient déjà commencé puisque Dassault avait racheté la participation de Fokker dans Sabca, ce qui lui avait permis de rafler la quasi-totalité des actions de la société belge.

Fokker, qui appartient au groupe britannique GKN, avait cédé sa participation à Dassault pour 7,5 millions d’euros. Lequel groupe avait par ailleurs indiqué vouloir conserver la cotation (3,15 % des actions) de l’entreprise.

La Sabca emploie plus de mille personnes en Belgique à Haren, Gosselies et Lummen.