La Défense belge n'a pas (encore) annulé le contrat de location des Falcon 7X

Le ministère de la Défense n'a pas mis fin de manière brutale à un contrat de location de deux avions d'affaires haut de gamme - des Falcon 7X du groupe français Dassault pour le transport de hautes personnalités - mais a l'intention de "rédiger une nouvelle décision motivée d'attribution, plus détaillée", ce qui suspend une procédure de recours au Conseil d'Etat.

La Défense belge n'a pas (encore) annulé le contrat de location des Falcon 7X
©REPORTERS
BELGA

Le ministère de la Défense n'a pas mis fin de manière brutale à un contrat de location de deux avions d'affaires haut de gamme - des Falcon 7X du groupe français Dassault pour le transport de hautes personnalités - mais a l'intention de "rédiger une nouvelle décision motivée d'attribution, plus détaillée", ce qui suspend une procédure de recours au Conseil d'Etat.

C'est en tout cas ce qui a été annoncé ce mercredi. 

Cette nouvelle décision motivée "confirmera le choix fait (le 6 septembre) par le Conseil des ministres d'attribuer ce marché à la société ABELAG" Aviation, de préférence à la proposition faite par le courtier français Avico allié à l'entreprise belge FLYINGGROUP, a précisé la Défense dans un communiqué.

Ce contrat, d'un montant de 124 millions d'euros sur douze ans, porte sur la location en "dry lease" - c'est à dire les avions seuls, sans équipage, qui resteront militaires - pour une durée de douze ans, selon le ministre de la Défense, Didier Reynders (MR).

Ces avions d'affaires équipés de seize sièges doivent remplacer la "flotte blanche" - utilisée par la 21e escadrille du 15e wing de transport aérien de Melsbroek, par opposition aux avions de transport tactique, comme les C-130 Hercules - qui sert aux déplacements de hautes personnalités (la famille royale, des membres du gouvernement, de hauts responsables militaires, voire des responsables de l'Union européenne et de l'Otan).

Sur le même sujet