Malgré ses déboires, EDF veut construire six nouveaux EPR

Pour bon nombre d’observateurs, le nucléaire ne pourra reprendre des couleurs en Europe qu’avec une réduction drastique de ses coûts. Ces dernières années, le Français EDF a multiplié les dérapages budgétaires et repoussé, à multiples reprises, le démarrage de ses réacteurs de troisième génération, l’EPR, sur trois chantiers maudits : à Flamanville (France), Hinkley Point (Royaume-Uni) et Olkiluoto (Finlande, détenu formellement par Areva).

Malgré ses déboires, EDF veut construire six nouveaux EPR
©REPORTERS
LIBRE ECO WEEK-END | Pour bon nombre d’observateurs, le nucléaire ne pourra reprendre des couleurs en Europe qu’avec une réduction drastique de ses coûts. Ces...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet