L’Airbnb belge de l’événement a pris son envol

START-UP DE LA SEMAINE | La start-up OneHouseStand, spécialisée dans la location d’espaces d’exception pour des événements, vise l’international. La clé dans le lancement d’une start-up, c’est très clairement l’enthousiasme, ajouté à une bonne idée, et à de l’huile de coude.

L’Airbnb belge de l’événement a pris son envol
©OneHouseStand

START-UP DE LA SEMAINE | La start-up OneHouseStand , spécialisée dans la location d’espaces d’exception pour des événements, vise l’international. La clé dans le lancement d’une start-up, c’est très clairement l’enthousiasme, ajouté à une bonne idée, et à de l’huile de coude.

C’est, en gros, la recette utilisée par deux jeunes Italiens, formés à l’École européenne, réunis à Bruxelles pour faire prospérer une jeune entreprise bientôt rentable : OneHouseStand . Emanuele Butticé, CEO, nous explique avoir mis sur pied avec son associé Maurizio Chicco, il y a bientôt 4 ans, "un Airbnb de l’événement" . Comprenez : si vous souhaitez louer un lieu d’exception chez des particuliers qui les proposent, vous passez par la plateforme OneHouseStand, et vous faites votre choix parmi des centaines d’endroits étonnants, partout en Belgique. "En outre, nous pouvons aider les clients à créer leur événement en ajoutant des services à la demande : service bar, traiteur, mobilier, vaisselle,…"
"Le business model est semblable à celui d’Airbnb. Nous prenons une commission sur les services et sur la location. Pour ce qui est des services, elle est variable, mais pour les locations, nous sommes très transparents, elle est de 20 %" , nous assure Emanuele Butticé.
Une idée claire du futur
D’où est venue l’idée de cette start-up ? "Après l’École européenne, j’ai poursuivi mon cursus à Bruxelles, je suis ingénieur de gestion Solvay, Maurizio, lui, est parti à Milan étudier la finance, à Bocconi, et a commencé à travailler dans ce secteur. Moi, j’avais une idée très précise de ce que je voulais faire. Je souhaitais créer ma propre entreprise. Après un premier essai de quelques mois dans une start-up, j’ai entamé le travail sur OneHouseStand, j’ai appelé Maurizio qui travaillait pour une fintech à Milan et lui ai demandé de revenir à Bruxelles. Et puis, on a développé le projet, et… on a eu de la chance. Un journaliste de la DH est venu nous voir, il a publié un article, et ça a déclenché l’intérêt des médias, intérêt que nous cultivons et qui ne se dément pas." Aussi simple que ça ? "Non, on a eu un afflux de demandes inespéré, et ça nous a forcés à mettre les bouchées doubles, mais c’était un formidable moteur."
Les espaces d’exception mis en location ne le sont pas à des prix excessifs… "C’est vrai, mais on n’est pas pour autant dans une approche low cost. En fait, lorsqu’on organise un événement, cela a un coût, clairement. Mais, lorsque vous invitez 20 personnes chez vous pour un souper, cela nécessite aussi un budget. Nous souhaitons que chaque événement soit une réussite. C’est le cas pour les entreprises qui représentent 70 % de nos événements, et dont certains responsables sont d’ailleurs entrés dans notre capital. C’est certainement le cas également pour les particuliers pour qui nous assumons les événements comme les mariages, baptêmes, etc. Ici, clairement, on n’est pas dans l’esprit low cost. On veut que ces journées soient des souvenirs d’exception."
Aujourd’hui, après une nouvelle augmentation de capital, les deux compères ont investi, engagé, et l’équipe est formée d’une petite dizaine de personnes. Un staff suffisant ? "On travaille aussi avec des coordinateurs d’événements freelance, qui sont présents sur les lieux, mais qui ne sont pas sur le payroll" , explique encore Emanuele.
Quid des espérances de rentabilité ? "On a déjà été rentables avant l’extension de l’équipe, mais nous le serons à nouveau dans trois ou quatre mois." Une bonne nouvelle pour les bailleurs de fonds ! "Nous avons été aidés par les investisseurs, le réseau BeAngels, et singulièrement par le W.IN.G dont les représentants sont très disponibles et efficaces sous tous les aspects, légaux, financiers, comptables, pour le recrutement,…" , explique encore Emanuele. Et, la suite ? "Nous nous sommes étendus en Flandre, et nous sommes déjà en phase de développement à l’étranger. En théorie, nous devrions nous lancer aux Pays-Bas en 2020."

De gauche à droite - Emanuele Butticé (CEO), Hélène Lebbe, Frédéric Dufeys, Felipe Mora, Clémentine Claeys, Maurizio Chicco (COO)
©OneHouseStand