Serge Litvine : "Il doit encore exister des restos hors du commun"

Élégant, racé, le patron de 180 employés - qui a transmis tous ses restaurants à ses enfants Tatiana et Vladimir - nous reçoit chez lui, à La Villa Lorraine. Un restaurant qui lui tient à cœur - c’est ici que ce petit-fils de Russes blancs arrivés en Belgique après la Révolution de 1917 venait, enfant, manger le samedi avec son père et sa grand-mère -, où il a son bureau, mais que ce passionné d’art a aussi décoré de toiles de sa collection personnelle.

Serge Litvine : "Il doit encore exister des restos hors du commun"
©Marie Russillo

LIBRE ECO WEEK-END | Le dossier

Élégant, racé, le patron de 180 employés - qui a transmis tous ses restaurants à ses enfants Tatiana et Vladimir - nous reçoit chez lui, à La Villa Lorraine. Un restaurant qui lui tient à cœur - c’est ici que ce petit-fils de Russes blancs arrivés en Belgique après la Révolution de 1917 venait, enfant, manger le samedi avec son père et sa grand-mère -, où il a son bureau, mais que ce passionné d’art a aussi décoré de toiles de sa collection personnelle. Entretien.

Depuis son rachat de La Villa Lorraine* fin 2010, Serge Litvine s’est imposé comme le nouveau magnat de la gastronomie bruxelloise. En une décennie, il a lancé La Villa in the Sky*,

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité