L’économie sociale tient le bon rythme

LIBRE ECO WEEK-END | Le dossier Ils s’appellent Les Petits Riens (seconde main, lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale), Smart (prise en charge des formalités administratives des artistes), Médor (médias), Credal (placements éthiques et crédits solidaires), les Grignoux (salles de cinéma) ou encore Agricover (coopérative agricole écologique). Ils ont tous en commun d’être des acteurs de l’économie sociale. Derrière ces organisations, on retrouve la même philosophie, celle d’entreprendre et de travailler autrement, avec une autre finalité que l’optimisation du profit au bénéfice des actionnaires. Ici, ce qui compte, c’est de soutenir une activité locale, de retrouver du sens dans l’acte d’entreprendre, de porter des valeurs, de proposer une alternative au système capitaliste ou d’opter pour une gestion démocratique et participative…

L’économie sociale tient le bon rythme
©Shutterstock

LIBRE ECO WEEK-END | Le dossier

Ils s’appellent Les Petits Riens (seconde main, lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale), Smart (prise en charge des formalités administratives des artistes), Médor (médias), Credal (placements éthiques et crédits solidaires), les Grignoux (salles de cinéma)

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet