Bilan carbone: Entre transition et compensation

"Vulnérabilité climatique" Transition. Provenant de l’ASBL Groupe One, EcoRes est un bureau de conseil en développement durable. " Nous accompagnons les entreprises, les organisations publiques et les territoires dans la transition vers une économie regénérative", explique le fondateur David Steinmetz. Nous nous sommes lancés dans le bilan carbone il y a plus de 10 ans. Comme d’autres, nous avions perçu qu’il s’agissait d’un outil de diagnostic intéressant à la compréhension des émissions "indirectes", c’est-à-dire les émissions qui ne sont pas directement liées à l’activité".

Laurent Lambrecht et Raphaël Meulders
Bilan carbone: Entre transition et compensation
©Shutterstock

"Vulnérabilité climatique"

Transition. Provenant de l’ASBL Groupe One, EcoRes est un bureau de conseil en développement durable. "Nous accompagnons les entreprises, les organisations publiques et les territoires dans la transition vers une économie regénérative", explique le fondateur David Steinmetz. Nous nous sommes lancés dans le bilan carbone il y a plus de 10 ans. Comme d’autres, nous avions perçu qu’il s’agissait d’un outil de diagnostic intéressant à la compréhension des émissions "indirectes", c’est-à-dire les émissions qui ne sont pas directement liées à l’activité".

En plus de réduire les émissions de CO2, le bureau propose aussi une évaluation de la "vulnérabilité climatique" de l’entreprise ou du territoire. "Le changement climatique a et aura un impact important sur les activités, que ce soit au niveau de l’usage de l’eau, de l’efficacité des employés en cas de canicule ou encore de la gestion des approvisionnements."

10 arbres pour une tonne de CO2

Compensation. Chez Graine de vie, une ONG qui développe des projets de compensation carbone, on estime que dix arbres sont nécessaires pour compenser une tonne de CO2. "Un arbre séquestre 5 kg de CO2 par an", explique Frédéric Mathot, membre de l’ONG. "Sur une durée de vie minimale de vingt ans, cela donne donc 100 kg." En termes de coût, cela représente environ 3 euros par tonne de CO2.

D’après la Banque mondiale, le prix de la tonne de CO2 devrait être compris entre 40 et 80 euros pour réellement inciter les entreprises à réduire leurs émissions. C’est l’une des raisons pour lesquelles la plantation d’arbres est controversée : ce moyen de compensation serait trop bon marché pour inciter les entreprises à réduire leurs propres émissions.

"Le moyen le plus efficace aujourd’hui d’éliminer le carbone, pour moins de dix dollars la tonne, c’est la reforestation", avait d’ailleurs fort opportunément déclaré Patrick Pouyanné, le patron du groupe de Total.