Cette start-up imagine la ville 2.0

Antopolis souhaite remettre l’implication citoyenne au goût du jour, grâce à la ville 2.0.

Libre Eco week-end | La start-up de la semaine

Réimpliquer le citoyen et le reconnecter à sa ville, c’est la mission de la start-up montoise Antopolis. "On s’est rendu compte que peu à peu le citoyen se désintéressait de sa propre ville", explique Andrea Spagnolo, business developer.

Grâce à un logiciel, les citoyens peuvent entrer directement en contact à distance avec leur commune. Il permet de demander des informations, des documents mais aussi d’émettre des remarques ou des suggestions aux autorités. "C’est une sorte de digitalisation de l’administration", résume Andrea Spagnolo. "Mais c’est pensé pour le citoyen."

Le problème de l’administration, selon la start-up, est qu’elle ne communique pas bien entre ses propres services et à destination de la population. En plus de son portail citoyen, la start-up va donc encore plus loin puisqu’elle propose un profil personnalisable où il est possible de mentionner ses centres d’intérêt et le canal de communication à privilégier avec lui. "Cela évite à la ville d’envoyer un folder avec plein d’informations générales", détaille le business developer. "Le citoyen peut choisir de recevoir des informations culturelles par exemple et préciser qu’il préfère être contacté par courrier, mail ou encore whatsapp."

Bruxelles comme expérimentation

L’idée est venue, il y a cinq ans, du fondateur Bertrand Hanot, qui a constaté que chaque service administratif travaillait de son côté, sans communiquer avec les autres. "Une habitude qui a tendance à rebuter le citoyen qui doit sans cesse partager ses données ou répéter les mêmes choses." Celui-ci s’est demandé comment optimiser l’efficience de l’administration et a donc mené un projet de recherche et développement de deux ans avec la société et maison-mère d’Antopolis, BHC.

C’est la ville de Bruxelles qui a expérimenté le premier module avec sa cellule évènement. "La plateforme permettait au citoyen de créer un évènement, de le détailler avec précision et d’entrer en contact avec les autorités et la police pour recevoir ou non l’autorisation", explique Andrea Spagnolo. Le business developer est également le premier employé de la start-up. "J’ai été engagé en pleine crise sanitaire", confie-t-il. "Paradoxalement, cette crise a été bénéfique pour nous car l’intérêt pour le digital a nettement augmenté."

La start-up s’est d’ailleurs adaptée à la situation de confinement puisqu’elle a développé une plateforme pour la distribution des masques ainsi qu’un programme de soutien aux commerçants locaux qui n’auraient pas le temps ou la capacité financière de développer un site internet. "On a mis gratuitement à disposition un programme qui fait office d’eshop et permet aux commerces fermés de réaliser un click and collect", explique Andrea Spagnolo.

Antopolis travaille pour le moment avec Seneffe, Aubange, Bruxelles-ville et Charleroi et est en discussion avec d’autres villes wallonnes. Pour ces services, les villes paient une licence par utilisateur d’environ 25 euros par mois.

La start-up a d’abord fonctionné grâce à des fonds propres de la maison-mère BHC mais aussi avec des financements sous forme d’avance récupérable de la Région wallonne et de la Région Bruxelles-Capitale. Elle a également levé des fonds via Digital Attraxion, à hauteur de 100 000 euros et IMBC Spinova. Elle a pour ambition de continuer à lever des fonds mais elle reste prudente car "la situation des pouvoirs publics est compliquée avec la crise."

Antopolis a reçu le prix du public du salon des innovations wallonnes, innovatech. "Au-delà de la symbolique et de la fierté, ça nous conforte dans l’idée que la start-up a de beaux jours devant elle", conclut Andrea Spagnolo. Le prochain objectif ? L’application mobile pour l’année prochaine.

En savoir plus : 

Société : Antopolis, fondée par Bertrand Hanot, est une spin out de BHC.

Investisseurs : Digital Attraxion et IMBC Spinova ainsi que la Région wallonne et la Région de Bruxelles-Capitale.

Site : https://www.antopolis.be

Particularité : Elle a été lancée pendant la crise sanitaire. Son premier employé a commencé le 1e juin.