Financements spatiaux : la Wallonie perdante ? "Nous ne sommes pas agressifs, ni aigris, mais il peut y avoir un certain 'tiraillement' face à ce système"

Depuis l'année dernière, le gouvernement fédéral investit chaque année 250 millions d’euros dans les programmes de l’Agence spatiale européenne (Esa), et ce financement vient d'être pérennisé au moins jusqu'en 2024. L'enveloppe est globale, et non répartie entre les trois Régions. Un système qui pose question, puisque l’équilibrage budgétaire classique est de 60-40% en faveur de la Flandre, tandis que la majorité des entreprises du spatial sont localisées... en Wallonie. Décryptage.

Financements spatiaux : la Wallonie perdante ? "Nous ne sommes pas agressifs, ni aigris, mais il peut y avoir un certain 'tiraillement' face à ce système"
©Shutterstock
Fleur Olagnier
“La Belgique est le plus grand des petits, ou le plus petit des grands du secteur spatial”, lance Michel Stassart, executive officer de Wallonie Espace, branche dédiée au spatial du pôle de compétitivité...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet