Airbus prend les commandes du futur internet quantique européen. Objectif ? Renforcer la sécurité face aux cybermenaces

La Commission européenne veut avancer dans la cybersécurité et le besoin de communications ultra-sécurisées pour les institutions et autres infrastructures clés du territoire.

Airbus prend les commandes du futur internet quantique européen. Objectif ? Renforcer la sécurité face aux cybermenaces
© Shutterstock

Pour sécuriser les communications sur l’ensemble du territoire de l’UE, la Commission européenne a sélectionné un consortium d’entreprises pour mettre en place le futur réseau européen de communication quantique, appelé EuroQCI (Quantum Communication Infrastructure). Un réseau internet censé être ultra-sécurisé, ce qui permettrait aux institutions des différents niveaux de pouvoirs ainsi qu’à certains secteurs de communiquer de manière plus sûre.

C’est Airbus qui prendra les commandes de ce futur réseau mais le consortium comprend également Orange, Leonardo, PwC France et Maghreb, Telespazio (une joint-venture détenue conjointement par Leonardo (67 %) et Thales (33 %)), le Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR) et l’Istituto Nazionale di Ricerca Metrologica (INRiM). L’Agence spatiale européenne apportera également son soutien.

Lancement d’ici 2027

"L’initiative EuroQCI vise à intégrer des technologies et systèmes quantiques aux réseaux de communication terrestres par fibre optique et par satellite assurant une couverture complète de l’UE ainsi que sur les autres continents. À terme, cette initiative permettra de protéger les systèmes de chiffrement européens et les infrastructures critiques, telles que les institutions gouvernementales, les services de contrôle du trafic aérien, les établissements de santé, les banques ou encore les réseaux électriques, contre les cybermenaces actuelles ou futures", précise le consortium dans un communiqué envoyé par Orange.

"La distribution de clé quantique (QKD – Quantum key distribution) sera le premier service à utiliser ce réseau. Le service QKD transmettra des clés de chiffrement par le biais de canaux de communication quantique sur des liaisons terrestres en fibre optique et des liaisons laser spatiales. Les états photons quantiques protègent les systèmes de distribution de clés d’éventuelles vulnérabilités actuelles" précise, pour la théorie, le consortium.

Reste à voir pour la mise en pratique. Une étude de 15 mois devra définir les spécificités techniques ainsi que l’élaboration d’une feuille de route détaillée du projet. L’objectif serait d’avoir un service opérationnel d’ici 2027.

Sur le même sujet