Le secteur pharmaceutique belge se porte bien mais alerte : "Cela ne constitue pas une garantie pour l’avenir"

Le secteur se réjouit des résultats positifs en ces temps de crise mais invite à ne pas relâcher les investissements dans le domaine.

placeholder
© Belga

Ce n'est pas une surprise, le secteur pharmaceutique belge se porte bien et a connu une année 2020, marquée par la crise sanitaire, assez positive, tant en matière d'investissements que de création d'emplois. Cependant, pour Pharma.be, l'association qui, avec 125 partenaires, représente une grande partie des acteurs du secteur en Belgique, il ne faut pas fermer les yeux sur la concurrence importante aux niveaux européen et mondial.

"En 2020, 40 464 personnes étaient employées dans les firmes bio-pharmaceutiques belges. Cela représente une augmentation de 13,6 % de l’emploi direct entre 2016 et 2020. Si l’on y ajoute les emplois indirects et induits générés par le secteur, ce chiffre monte à près de 130 000 emplois en Belgique", avance Pharma.be.

Selon l'association, 13 millions d'euros ont également été investis quotidiennement dans la recherche et le développement de nouveaux médicaments et vaccins. "Une augmentation de 29 % par rapport à 2019. Le nombre de chercheurs actifs dans le secteur a, quant à lui, augmenté de 40 % en 4 ans (2016-2020), menant leur nombre à 6 234", se félicite Pharma.be.

"Cela n'est pas un acquis"

"La crise sanitaire actuelle a mis en lumière la résilience dont nos entreprises ont fait preuve pour accélérer la recherche et permettre le développement, en un temps record, de multiples solutions thérapeutiques pour contrer la pandémie. Pourtant, si les chiffres 2020 semblent montrer un secteur bio-pharmaceutique belge vif et une augmentation constante de son activité de recherche, cela ne constitue pas une garantie pour l’avenir. Le secteur est l’un des plus dynamiques de l’économie belge, mais cela n’est pas un acquis. La ‘pharma valley’ belge a également affaire à une compétitivité accrue dans un contexte européen (...). La recherche et le développement sont des éléments essentiels pour cet accomplissement. En chérissant ce secteur innovant, on s’assure que les meilleurs soins de santé restent disponibles pour la population belge", déclare pour sa part Caroline Ven, la CEO de Pharma.be. 

Ce commentaire fait écho à ses déclarations récentes sur la levée des brevets sur les vaccins. Une idée qui, selon elle, mettrait à mal l'innovation et les motivations des entreprises pharmaceutiques pour développer rapidement et produire efficacement ces mêmes vaccins, tout en restant compétitives. Pour elle, les intérêts des firmes pharmaceutiques se conjuguent avec l'intérêt général.

Enfin, pour 2020, les exportations ont augmenté de 13 % et l'équivalent de 150 millions d'euros de produits biopharmaceutiques sont exportés quotidiennement depuis la Belgique, ce qui confirme "la position de maillon incontournable de la Belgique en matière d’exportation de médicaments à travers le monde entier. Enfin, le bio-pharma est l’un des seuls secteurs qui, sur une période plus longue, lie l’augmentation de la productivité à l’augmentation de l’emploi avec un taux de croissance annuel de la valeur ajoutée de 6,7 % entre 2012 et 2019", précise encore l'association.

Sur le même sujet