A Flémalle, un vignoble expérimental pour développer une agriculture plus durable

Sous une telle approche, il s'agit d'une première en Europe.

placeholder
© Belga Image
La Libre Eco avec Belga

Quatre centres d'enseignement agricoles liégeois et limbourgeois (Belgique et Pays-Bas) s'unissent pour créer un réseau eurégional entre les filières de production et de formation et ainsi préparer la viticulture de demain, plus durable et respectueuse de l'environnement. Sous une telle approche, il s'agit d'une première en Europe, a indiqué mardi André Denis, député provincial en charge de l'agriculture, à l'occasion du lancement du projet sur le site du vignoble expérimental du centre provincial de formation en agriculture et ruralité (CPFAR) à Flémalle, en province de Liège. 

Le CPFAR, le centre d'expertise de recherche pour l'entrepreneuriat innovant de la Hogeschool PXL (Hasselt), le centre de connaissance et de recherche pour la viticulture de Pcfruit (Tongres) et le centre de formation à l'apprentissage en agriculture du Citaverde College (Limbourg néerlandais) sont les quatre partenaires réunis au sein d'un projet eurégional baptisé EMRWine. Grâce à un financement européen Interreg Euregio Meuse-Rhin, ce consortium développera, sur une période de trente mois, un programme de formations et de sensibilisation ainsi qu'une charte des bonnes pratiques visant à mener à une viticulture de plus en plus verte.

C'est le CPFAR qui coordonne le projet EMRWine et ce, au départ d'un vignoble que la province de Liège a acquis en 2021. Il se situe non loin du fort de Flémalle et se compose d'environ 5.000 pieds de vigne, sur 1,3 hectare, ayant été plantés, pour les plus anciens, il y a une petite vingtaine d'années. Ce qui les place parmi les plus anciennes vignes de Wallonie.

"Les premiers pieds qui y ont été plantés sont du chardonnay. Ensuite, il y a eu du pinot gris et du régent de première génération. Ces vignes sont âgées de 14 à 23 ans", a précisé Michel Delrée, coordinateur du projet pour le CPFAR, qui, plus jeune, a été premier sommelier de Belgique. "L'objectif était d'en faire un vignoble pédagogique puisqu'il présente l'avantage d'être constitué de pieds de vigne à maturité. Cela permet dès le départ de dispenser des formations à destination des écoles, notamment l'institut provincial d'enseignement agronomique de La Reid qui va introduire la viticulture dans son programme, mais aussi pour des demandeurs d'emploi et professionnels qui souhaitent se spécialiser".

Pour les partenaires, il s'agit également d'utiliser ce vignoble comme laboratoire pour y tester non seulement de nouveaux cépages mais aussi d'autres méthodes afin d'introduire, à terme, "la notion de biodynamie". "On va réintroduire des haies afin de favoriser les auxiliaires, qui sont des insectes qui éliminent d'autres insectes nuisibles pour les vignes", prévoit Michel Delrée.

Sur le même sujet